• A lire en écoutant du Gnarls Barkley

    Bon. C'est mieux avec du Gnarls Barkley... Et en montant le son ! Mais si vous n'avez pas, vous pouvez prendre un aut' truc un peu trash... Mais, de grâce, éviter Sheila, Claude François où Dorothée !

     

    Bon. En fait, la musique importe peu... C'est seulement pour donner un cadre.

    A lire en écoutant du Gnarls Barkley

    Comme mettre un peu de cannelle dans une tarte au citron. (Meringuée, la tarte, hein ?). La photo? C'est ma cuisine. Oui. J'avais envie.

     

    Alors, oui. Je suis un peu immobilisé. J'ai un copain bien lourd qui me tient tout le bras gauche, jusqu'au coude... Forcément, côté bateau, ça va être au ralenti. Déjà qu'c'était pas rapide... J'pensais mettre à l'eau en avril... Si j'peux descendre la barque en juillet, ça s'ra déjà beau !

     

    A lire en écoutant du Gnarls Barkley

    Pour patienter, j'fais traîner mon regard sur une Grèce en peinture...

     

    A lire en écoutant du Gnarls Barkley

    NAOUSSA sur l'île de PAROS en hiver.

    A lire en écoutant du Gnarls Barkley

    Et quand la Grèce me saoule (ça arrive parfois !) alors je vire de bord vers les déserts du Kirghizistan à moins que ça soit le Kurdistan ?.

    Heureusement, y'a les rencontres passées qui se réveillent aux beaux jours et qui se prennent subitement des envies de parler, d'échanger, de partager des moments de belles convivialités. A eux, Caty, Pierre, Danielle, Alberto, Nathalie, Bernard, Nadine, Jean Paul, et les autres. Et à lui aussi, Minh, qui me supporte au sens propre comme au figuré, surtout en ce moment. Alors, à tous ceux-là, je vous souhaite le meilleur. Et tout le reste aussi !


  • Commentaires

    1
    RP
    Mercredi 5 Avril 2017 à 20:00

     

    Paros, toute de blanc et de bleu, comme ses sœurs cycladiques.

    La même empreinte de blanc et de bleu, de jour comme de nuit.

     

     

    Voilà qui relance le refrain de Λουδοβίκος των Ανωγείων

    – ΛΟΥΔΟΒΙΚΟΣ ΤΩΝ ΑΝΩΓΕΙΩΝ  , le Crétois :

    Ποιο το χρώμα της αγάπης

     

     " "De quelle couleur est l'amour ? "

    Difficile de croire que l'artiste n'ait pas d'avis sur la question !

    En effet, la chanson dit un peu plus loin :

    Να `χει τ’ ουρανού το χρώμα

    Να `χει τ’ ουρανού το χρώμα

    " S'il a la couleur du ciel,

    il est loin ."

    Autrement dit, le musicien-poète ne veut pas d'amour inaccessible.

     

     

    Puis la chanson dit encore :

    Να `ναι άσπρο συννεφάκι

    φεύγει και περνά.

    Να `ναι άσπρο γιασεμάκι

    στον ανθό χαλά.

    " S'il est tel un nuage blanc,

    il s'enfuit et passe.

    S'il est tel un jasmin blanc,

    il s'abîme en floraison. "

    Le musicien-poète ne veut pas non plus d'amour instable et éphémère, fragile et périssable !

     

     

    Quelle exigence ! Ou plutôt quel constat affligeant des ratés de l'existence !

    Pourtant le blanc et le bleu sont les couleurs de l’État grec moderne.

    Dans le commentaire précédent, votre serviteur s'est montré plus positif en évoquant la blancheur de la voie lactée et l'azur de la mer Égée.

    Soyons résolument constructif, n'en déplaise à

    Λουδοβίκος των Ανωγείων

    – ΛΟΥΔΟΒΙΚΟΣ ΤΩΝ ΑΝΩΓΕΙΩΝ  , le Crétois.

    Et si l'on s'intéressait au vert et au rouge à la place du bleu ?

    Comme tous les liens d'amitié du Zeph sont consolidés grâce à des agapes, osons filer la métaphore culinaire !

     

     

    Vert comme la chlorophylle parfumée du basilic que le Zeph a trouvé au Mercato centrale di Livorno.

     

     

    Rouge comme le corps brûlant des piments que le Zeph a acquis auprès des maraichers d' Imperia.

     

     

    Et le blanc ? C'est le blanc savoureux de la mozzarella que le Zeph a dénichée sous les arcades de Genova, la Superba !

    Vert, blanc et rouge, voilà les couleurs de l'amour transalpin.

    La transition est faite. L'occasion est maintenant offerte pour saluer chaleureusement Danielle et Alberto, qui ont élu domicile à l'embouchure du Tibre. Au capitaine Alberto, qui a consulté Esculape presque au même moment que le capitaine du Zeph, nous souhaitons une très bonne convalescence, avec un cœur tonique et endurant, au sens propre comme au sens figuré, pour profiter pleinement des joies de la mer à Corfou.

     

     

    Et l'attachement dont bénéficie le Zeph de la part de ses amis, attachement qui est un amour noble et désintéressé, de quelle(s) couleur(s) est-il ?

     

     

    Le cap Tainaro est une allégorie de l'épreuve que traverse actuellement le capitaine du Zeph. Ce promontoire de la solitude renvoie à l'expérience vécue par Orphée, qui engendre un écho sous la forme de l'angoisse crétoise. Mais le Zeph préfère se montrer positif, en se souvenant des fabuleuses rencontres faites pendant le voyage initiatique. La rencontre avec Danielle et Alberto, nos amis riverains du Tibre, est un très beau cadeau de la mer. Le souvenir de Danielle et Alberto mène de nouveau à Esculape, qui a pris soin des deux capitaines presque en même temps. D'Esculape à Esculape, la boucle est enfin bouclée, peut-être sans couleur, peut-être avec des couleurs, mais dans tous les cas, avec énormément de douleurs !

     

     

    Aujourd'hui, le capitaine Alberto décolle de Rome et atterrit à Corfou. Aujourd'hui, le bras cassé du capitaine du Zeph décolle de sa gangue d'urgence pour atterrir dans une protection plus adaptée.

     

     

    2
    Samedi 8 Avril 2017 à 10:48

    Kaliméra

    Courage et bon rétablissement. On penses bien à toi en ce début de nouvelle saison.Destination les Cyclades, les Sporades et hivernage dans le nord de lamer égée.

    On fait des confitures d'oranges, de clémentines, de fraises et de kiwls.  L'ouzo est de plus en plus bon, les fêtes pascale approchent et on va se gaver d'agneau de lait.

    Voilà c'était juste pour te remonter le moral.

    Bises

    les Mayapi

     

    Yassas

      • Samedi 8 Avril 2017 à 12:49

        Coucou...

        C'est bien gentil de m'allécher avec vot' confiture ! Heureusement pour vos pots que je ne suis pas en Grèce en ce moment !

        Je suivrais votre périple avec assiduité. (blog en lien : la balade de Mayapi)

        Et à bientôt autour de petits plats dans des petits ports en bleu et blanc. Car, évidemment, j'espère bien revenir  mouiller ma coque dans ces eaux !

        Pierre

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :