• Mai 2016

    Ça y est ! J'entre enfin dans les eaux grecques !

    L'île, presque l'îlot d'Othonoi (magnifique port de solitude), Corfou, Platarias, Sivota (une bien jolie Grèce, ici...), Gaios sur l'île de Paxos (un p'tit coin superbe où je sympathise drôlement avec Martine et Toon), Preveza (j'y rencontre les TROLL), Lefkas, Nidri, Sparthakori sur l'île de Meganisi (une très belle escale sur une île sauvage), Ithaque, Sami sur l'île de Céphalonie, Zante sur l'île de Zakinthos et Katakolon (où je visite le site antique d'Olympie).

  •  

    Une longue journée de pluie qui se termine avec un soleil triste et un ciel lugubre...

    Une brève accalmie dans le rideau de pluie m'a permis de faire un petit tour dans la vieille ville fortifiée.

    Les lumières de la cité n'arrivent pas à égayer l'atmosphère. Vraiment pas ! Les cloches du 1er mai résonnent comme le glas dans un vent d'hiver.

    Heureusement, avec une musique de SEAL, un bout d'agneau grillé, des patates à l'ail (un délice) et un verre de vin rouge des Dolomites (oui un seul, la bouteille est vide !), la soirée à bord, elle, est, sinon joyeuse, pleine de détente et de plaisir.

    Bon. Sur les 2 photos, on voit une bière en cours de vidage... Je ne peut le nier ! Donc, c'est avec une bière (une seule, la cave est vide) et le verre de vin rouge déjà nommé que je me suis fait mon agneau Pascal à moi ! Et tanpis si la date est révolue.

    Les prévisions météo ne sont pas fameuse pour ces prochains jours. Ca peut changer, mais pour le moment, je vais prolonger mon escale Gallipolaise, où Gallipolette, où Galliponaise, ... bref à GALLIPOLI.

    Et le lien avec le titre de cet article, vous allez me dire ?

    Ben aucun.

    A bientôt.


    1 commentaire
  •  GALLIPOLI  to télos . To télos, C'est du grec mais qui n'est pas écrit en grec !).  Ca veut dire la fin.

    Normalement, j'atteint la GRECE d'ici ce samedi 07 mai. Enfin, dirons nous. Et dans le nous, il y a moi !

    Alors, en guise d'apéritif à une Grèce enfin retrouvée (ça fera presque 15 ans que je n'y suis pas retourné !!!), je vous propose quelques vues de la vieille ville de GALLIPOLI que j'aime décidément beaucoup. Elle est comme une cité mauresque, surrtout quand le soleil en écrase le relief.

    GALLIPOLI to télos

    La vue depuis le bateau, quand le soleil est de la partie...

    GALLIPOLI to télos

    Le port de pêche de Seno del Canneto. Côté Est de la cité.

    GALLIPOLI to télos

    Côté Sud.

    GALLIPOLI to télos

    Côté Ouest

    GALLIPOLI to télos

    Côté Nord

    Bon. Je ne suis pas bavard sur ce coup-ci !

    C'est ainsi, aujourd'hui, à GALLIPOLI, en ITALIE.


    1 commentaire
  • Si BOUDDHA avait navigué (il l'a peut être fait...) il aurait (probablement) dit que dans la navigation, ce n'est pas le nombre d'équipier que compte la nef qui est important, 1, 2 ou 10, mais le nombre de fois où, quand tu prends une décision, cette décision là est la bonne  !

    L'important n'est pas de partager la prise de décision, mais de ne pas se tromper trop souvent...

    Alors, que tu sois seul à bord ou à 10, il n'y a pas vraiment de différence. 

    Bien sur, si tu t'es fourré dans un mouillage ou, d'un coup, le vent se lève et te porte à la côte, et qu'il faut ôter l'amarre que tu as porté à terre et qui ceinture le tamaris planté près du rivage, qu'il faut aussi relever l'ancre arrière que tu as mise pour limiter l'évitement, qu'il faut parer les rochers qui flirtent avec ta jolie coque, qu'il faut remonter le mouillage principal et que ton guindeau est tombé en panne, qu'il faut surveiller la cuisson du rôti au four parce qu'il est en train de cramer, qu'il faut rassurer Paul et nettoyer le vomi de Julie (ce ne sont que des personnages de fiction...), et ben là, c'est sûr, c'est mieux d'être à 10 que tout seul !

    Mais le reste du temps, le nombre de personne à bord importe peu !

    Voilà.

    A bientôt...


    1 commentaire
  • Le chemin vers le GRECE

    Vendredi 06 mai, le soleil illumine la cité de GALLIPOLI à son aurore. Je suis déjà prêt. Mais je dois attendre 9H00 pour payer les 6 nuits. Ce n'est pas donné ! 51 € / nuit...

    Le chemin vers le GRECE

    Voiles en ciseau une bonne partie de la journée, en direction de SANTA MARIA DI LEUCA.

    Le chemin vers le GRECE

    Il n'y a pas grand-chose à LEUCA. En fait il n'y a quasiment rien. Je suis content d'avoir été bloqué à GALLIPOLI plutôt qu'ici.

    Le chemin vers le GRECE

    Le port est un peu cher encore… 38 €. Vivement la GRECE !

    Le chemin vers le GRECE

    Certains n'y arriveront jamais !

    Dès le départ de SANTA MARIA DI LEUCA, des dauphins m'ont approché comme pour venir me souhaiter une bonne route.

    A noter, pour ceux qui sont ou seront dans le coin, à 5 ou 6 miles de SANTA MARIA, sur un cap de 90 ° vers la GRECE, on traverse une zone de courant où des déchets s'accumulent. Déchets en tout genre, sacs plastique, bouts de filet de pêche, bouteilles, bouts de bois, qui arrivent jusqu'à former de grands amalgames… J'ai préféré couper le moteur pour éviter que des trucs viennent s'entortiller autour de l'hélice ou viennent boucher les prises d'eau. Sur ce cap, la zone s'étend sur 2 ou 3 miles !

    Le chemin vers le GRECE

     

    Le chemin vers le GRECE

    Le petit port de OTHONOI. 0 € la nuit. Ça fait du bien ! Je crois que je vais aimer la GRECE !...

    Le chemin vers le GRECE

    Le centre du village… Oui, c'est assez désert, et c'est assez petit, mais il y a quelques tavernes, et on y parle le grec !

    Ce soir, en fait maintenant, je suis attablé devant une salade grecque, des brochettes de souvlaki au citron (très bon) et une retsina bien fraîche ! C'est le prix du port quoi !

    A bientôt


    8 commentaires
  • CORFOU

    L'arrivée à CORFOU. 2 gros dauphins n'ont fait que passer sous la coque avant de s'éclipser.

    Il y a beaucoup de bateau. Mais vraiment beaucoup ! En longeant les différents mouillages de la côte Est de l'île, je devine des mâts partout. Ici, l'été a commencé.

    CORFOU

    J'ai d'abord tenté un amarrage le long d'un quai, mais des odeurs d'égouts m'en ont chassé immédiatement. Dans le vieux port, les odeurs sont quasi absentes..., mais le port est saturé. A la grecque, j'ose une mise à couple avec un caïque.

    CORFOU

    Je verrais le propriétaire en soirée. Pas de problème pour lui, le temps que je veux, sauf si le vent se lève, créant du roulis qui ferait que nos 2 bateaux pourraient s'entrechoquer. Il va sans dire que la nuit ne me coûtera rien ! J'en profite donc, une fois de plus, pour m'offrir la taverna !

    CORFOU

    La place près du vieux port. J'y découvre dans une échoppe des bières excellentes produites à CORFOU.

    CORFOU

    Centre ville.

    CORFOU

    Une alternative, au pied de la citadelle. Mais c'est payant.

    CORFOU

    Le canal qui isole la citadelle du reste de la cité.

    CORFOU

    Le même avec vue sur la droite. Donc sur la précédente photo, c'était vue sur la gauche, pour ceux qui suivent !

    CORFOU

    La citadelle.

    CORFOU

    Une ruelle toute en couleur. je ne sais pas si c'est la crise qui est passée par là, mais il y a énormément de boutiques qui sont fernées. Peut être parce que c'est dimanche ? je vous dirais ça demain ! 

    CORFOU

    La carte du parcours du sud de la botte italienne jusqu'en GRECE.

    Pour mémoire, le tracé en rouge est le tracé en cours, celui en bleu est le prévisionnel, les losanges bleu sont mes escales. Le point jaune cerclé de rouge indique où je suis.


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique