• Juin 2019

    La vie, ce n'est pas seulement respirer. C'est aussi avoir le souffle coupé.

    Alfred Hitchcock

  • C'est donc un jour ordinaire dans une ITALIE ordinaire. Donc il pleut ou presque !

    Les fraises d'ALBERTO

    Au matin, la mer est telle une peinture. Sans ride, avec des couleurs par touches, comme du SIGNAC amélioré !

    Les fraises d'ALBERTO

    Alberto, sans Danielle, est venu nous chercher en voiture pour une belle virée dans la montagne à 2 pas de ROME. Direction la demeure d'été du pape. Mais à ce qu'il paraît, le dernier du nom n'est jamais venu se divertir ici. Paraît-il qu'il travaille ! Et que le repos n'est pas dans son agenda... C'est sûr qu'il a plein de trucs à faire. Entre la non-dénonciation du droit de cuissage sur les nones et celle du partage dans la spiritualité avec des jeunes garçons, ses journées doivent bien être occupées !

    Les fraises d'ALBERTO

    Une journée sans pâtes ? Impossible pour un Italien ! Même pour un Italien qui suit un régime qui lui interdit les pâtes ! Mais, comme Danielle et son célèbre fond de verre, Alberto a vite appris ! Au resto, devant le menu, sage et contrit, il choisit un petit porc cuit gentiment. Mijoté quoi. Un truc qui doit être vachement bon. Et pour nous, il choisit des pâtes... Ce genre de pâtes qu'il aurait bien aimé manger. Bon. Ça a dû lui turlupiner dans la tête un moment avant qu'il s'aperçoive que le mousse et moi allions nous avaler la pasta, et lui non ! Alors d'un coup d'un seul, il bondit de sa chaise, file en cuisine pour changer son plat de porc contre des PÂTES ! Et qu'il me dit quoi l'Alberto ? Que de toutes façons, il a ses pilules au cas où !

    Les fraises d'ALBERTO

    C'était là. Juste dans la descente. Un p'tit resto conseillé par Danielle. La FRASCHETTA dans le bourg d'ARICCIA. J'vous le conseille aussi !

    Les fraises d'ALBERTO

    On a poursuivi par une visite des lacs de volcan. Alberto avait une idée en tête... La météo nous permet des images sympas. Comme ici, une Islande romaine !

    Les fraises d'ALBERTO

    Et donc, c'est ici. Dans ce village accroché à la falaise et surplombant le lac de NEMI (la forêt sacrée en latin) qu'on s'est arrêté pour déguster des fraises ! Parce que ce village s'est spécialisé dans la fraise. On en trouve dans chaque échoppe et sous diverses manières.

    Les fraises d'ALBERTO

    Nous y voilà. Alberto, sage et contrit, tandis qu'il nous choisissait des glaces avec de la chantilly (et des fraises vu qu'on était venu pour ça !), lui même, contraint par son régime sans sucre, se commande des fraises avec un yaourt (sans sucre donc !). Le pauvre ! Et ça a dû lui turlupiner dans la tête un p'tit moment, mais moins longtemps qu'au resto, et hop, ne v'la t'il pas qu'il se fait rallonger son yaourt avec une bonne dose de chantilly ! Ben oui, il a ses pilules !...

    Les fraises d'ALBERTO

    Dans le village de NEMI, une fontaine, avec sa tête de méduse hypnotisante en bronze, nous fusille du regard ! Normal, sinon, c'est pas une méduse (Ça, c'est le mousse que me le dit !)

    Les fraises d'ALBERTO

    NEMI, la digestion.

    Les fraises d'ALBERTO

    Le bourg, un peu triste sous le gris de la pluie.

    Les fraises d'ALBERTO

    Un champ de coquelicots à OSTIA ANTICA, sur le chemin du retour.

    A bientôt ALBERTO ! A bientôt DANIELLE !

    Ils ont vendu leur beau bateau bleu il y a 2 mois à peine... Ils le regrettent déjà ! Même que Danielle aurait bien voulu me racheter le ZEF, mais sans mât et sans moteur, pour être certaine de bien rester au port. Mais Alberto aurait bien trouvé une combine pour contourner (avec ses pilules...) cet énième régime sans sel (de la mer !)


    votre commentaire
  • Si vous connaissez un tant soit peu ce blog, alors vous savez que j'apprécie énOrmément la Via Appia Antica. Tout comme le mousse d'ailleurs ! Forcément, ça ne vous étonne donc pas de la revoir une énième fois ! Mais c'est tellement beau !

    La via appia 1/2

    Et à vélo, non seulement on la visite bien confortablement, mais en plus, on la visite quasi en entier, pour peu que l'on parte tôt ! Bon. Nous on est parti tôt (...) mais tôt dans l'après-midi ! A 14 heures quoi ! Et puis avec les vélos, on porte notre gamelle et tout l'vin qu'on veut !

    La via appia 1/2

    En fait, c'était tellement surprenant, ce matin là, de retrouver un soleil dans un ciel pur exempt de nuage, qu'on en a un peu profité, traînant de-ci de-là !

    La via appia 1/2

    Mais ne vous inquiétez pas pour nous ! Sitôt arrivé, le gris du ciel a chassé le bleu du matin...

    La via appia 1/2

    Et donc, on a randonné à nouveau en polaire ! La suite nous prouvera qu'on aurait pu aussi chausser des bottes !

    La via appia 1/2

    Mais comme c'est splendide..., on ne regrette rien !

    La via appia 1/2

    Je ne vous ai jamais fait le coup !!! Et si on s'faisait un peu d'histoire ? Comme quand les MAYAPI's visitent un truc en GRÈCE et qu'ils vous font un superbe reportage. Allez-y voir... Leur site est dans mes favoris !

    La via appia 1/2

    La voie appienne part donc de ROME et descend jusque dans les POUILLES. Mais seuls les, disons, 20 premiers kilomètres sont intéressants parce que au naturel. Après, tout a été goudronné. Peut-être pas tout, et qu'il existe encore des tronçons pavés par les Romains de Jules (j'pense pas que ce soit le bon Jules dans l'histoire... Mais bon. On s'comprend, non ?), mais je l'ignore ! Et donc, vous comprenez l'intérêt du vélo... 20 kms dans un sens puis 20  dans l'autre !

    La via appia 1/2

    Elle a été construite en 312 avant JC (là, je ne parle pas de Jules mais de Jésus, pour ceux qui suivent !). La via Appia est bordée de quelques villas (mais on les voit pas trop), et de pas mal de monuments funéraires en plus ou moins bon état, vu que ça fait un bail qu'ils sont là ! Et pourquoi donc ? Parce qu'il était interdit d'enterrer les morts dans les villes intra-muros. (Il était aussi interdit d'enterrer les vivants..., mais on n'a que peu de retours sur ce sujet !)

    La via appia 1/2

    Au début de la voie, y'a encore quelques constructions romaines à l'image du cirque Maxence, mais plus on s'éloigne de ROME et plus la campagne vous envahit !

    La via appia 1/2

    Et c'est ça qui est beau ! Plus on s'éloigne de ROME et plus on se retrouve seul. Peu de touristes vont jusqu'au bout. Et c'est tant mieux pour ceux qui y vont, justement !

    La via appia 1/2

    La rando est toute plate... croit-on ! Mais en fait, c'est au retour qu'on s'aperçoit, la fatigue aidant, que ça descend un peu. D'ailleurs les grosses pluies qu'on aura bientôt vont nous le confirmer : y'a qu'à suivre le courant !

    La via appia 1/2

    Comme il y a des tronçons pavés avec de grosses dalles de basalte et que c'est pas facile à parcourir, sauf en char, évidemment, ben tout le long du parcours, il y a des chemins de terre que les vélos empruntent... Et quand il a plu, ce sont les seuls passages non inondés ! On en a eu d'la chance, hein ?

    La via appia 1/2

    On ne s'évade pas vraiment de la voie Appia, même si c'est bucolique à souhait ! Du reste, on vient pour elle ! Alors, les à-côtés, on y flirte sans y aller. Pourtant... Y'a des superbes trucs à voir. Par exemple, je conseille de faire vraiment la voie Appia dans un sens, puis de revenir sur ROME par les petits chemins qui bordent les aqueducs un peu en contrebas. Bon. Nous, on l'a pas fait cette année à cause qu'il a plu et qu'on avait peur de la boue des sentiers !

    La via appia 1/2

    Vous pouvez d'ailleurs remarquer que le ciel se couvre dangereusement !

    La via appia 1/2

    Mais n'étant pas avare de la pédale, on continue, fièrement !


    votre commentaire
  • Et donc, nous revoilà à tailler la route !

    La via appia 2/2

    On est quasi seul. On s'est bien demandé un peu pourquoi, vu que même s'il ne fait pas chaud, il ne fait pas non plus trop froid, et que comme le site est splendide, et vu le monde qu'il y a dans ROME même, on s'attendait à en avoir un peu aussi ! Mais j'pense en fait qu'ils ont dû regarder la météo du ciel, eux ! Nous, on a regardé la météo, oui, mais la météo marine ! Ils annonçaient ni vent, ni houle... Alors on est parti bravement !

    La via appia 2/2

    Bravement, avec un zeste d'inquiétude...

    La via appia 2/2

    Vous vous rendez compte ? Des pavés romains qu'on peut même marcher dessus ! On voit encore nettement les traces des roues des chars des Romains. J'm'attends presque à y croiser le char de Caligula tiré par son cheval qu'il projetait de nommer consul (c'est vrai à ce qu'il paraît !)

    La via appia 2/2

    Bon... Revenons à notre Histoire ! La voie Appia a donc été construite à partir de 312 avant JC par Appius Claudius CAECUS duquel elle semblerait tenir son nom ! Surnommée la regina viarum, la voie royale, elle a été bâtie avec une largeur qui autorisait 2 chars à se croiser de front sans se mélanger les pinceaux ! (Ce qui devait quand même arriver assez souvent !). Il fallait 5 jours pour relier ROME à CAPOUE et 14 pour atteindre BRINDISI !

    La via appia 2/2

    C'est joli, hein ?

    La via appia 2/2

    Une longue ligne droite...

    La via appia 2/2

    Avec, tout à coup, un virage ! J'pense qu'y devait y avoir quelques sorties de route à cet endroit ! Quoique j'me demande... Si le conducteur s'endort, il y a quand même le cheval devant, non ? Il est sensé suivre la route, lui ? En fait les romains avaient déjà la conduite assistée avec leurs chars !

    La via appia 2/2

    Et comme j'vous disais... Normalement, quand y'a un arc-en-ciel et que tu n'es pas encore mouillé, ben y'a des chances que tu le sois bientôt ! Et c'est là qu'on va découvrir l'expression de Danielle lorsqu'elle parlait de la beauté des pins parasols qu'elle nommait, espiègle, pins parapluies !

    La via appia 2/2

    Alors, ce ne fut pas une grosse ondée. Juste ce qu'il faut pour que tout soit mouillé. Pas plus. Mais ça suffit pour que tu es quelque chose à essorer !

    La via appia 2/2

    Et puis, au final, on a d'la chance ! On a vu, jadis, la Via Appia au soleil, au soleil cuisant, aveuglant, on l'a vu par temps de brouillard, de gris, et maintenant on la voit toute mouillée ! Et ça donne de nouvelles impressions qu'on aurait regretté s'il n'avait pas plu ! Comme quoi !

    La via appia 2/2

    Les pavés sont noyés !

    La via appia 2/2

    Heureusement qu'il y a les chemins de traverse pour contourner les flaques. Il y a de la boue, bien sûr, mais si on glisse, ce n'est pas le grand bain !

    La via appia 2/2

    Le vrai bonus est que si déjà, à l'aller, y'avait pas grand monde, ben au retour, y'a vraiment personne !

    La via appia 2/2

    Voilà.

    La via appia 2/2

    C'était beau, hein ?

     


    1 commentaire
  • ..., polaires et pantalons !

    Chemises manches longues...

    Ballade à vélo sous les grands pins.

    Un joli mois de mai qui oscillera 30 jours durant entre vent et pluie, et soleil et froid ! Les tongs ? Pour ma part, je ne les ai encore jamais mises... Sauf pour la douche, histoire de ne pas attraper des mycoses ! Ah, ah, ah, la poésie de jour !

    Ah, mycose quand tu nous tiens !

    C'est pire que l'arthrose, tiens !

    Mais moins grave que le choléra,

    la peste bubonique ou la mort au rat !

     

    Oui, oui... J'me laisse aller ! (Et je n'ai pas de mycoses !)

    Chemises manches longues...

    A vélo sur le grand cirque MAXIMUS ! En polaire, évidemment !

    Une semaine à ROME donc. Pour voir Danielle et Alberto, bien sûr, et aussi pour re-re-re-re-re-voir la ROME antique et re-re-re-re-re-parcourir la via appia à vélo.

    Chemises manches longues...

    A vélo autour du forum romain. C'est toujours aussi beau !

    Et comme vous l'avez déjà vu (parce que j'ai du retard dans les articles, moi !), grâce à ce joli mois de mai, on a eu la chance de voir la via Appia sous la pluie !

    Chemises manches longues...

    Encore le forum... On le voit mieux si on ne paye pas ! Y'a une route qui en fait quasi tout le tour ! Et en plus elle est en surplomb..., alors que si tu payes, t'es au fond du trou !

    Radin, moi ? Jamais !

    Chemises manches longues...

    Bon donc on fait le tour...

    Chemises manches longues...

    Et forcément, ça prend un peu de temps !...

    Chemises manches longues...

    Faut quand même monter et pédaler en même temps...

    Chemises manches longues...

    Alors bon. Forcément ça s'éternise un peu quoi !

    Chemises manches longues...

    Et on finit par arriver en haut, ...

    Chemises manches longues...

    Et on redescend de l'autre côté. Intéressant non ? Ici, c'est le château de SAINT-ANGE du haut duquel LA CALLAS s'est jetée... C'était dans l'opéra  LA TOSCA !

    Chemises manches longues...

    Le ciel s'obscurcissant...

    Chemises manches longues...

    On rentre vite en faisant un petit détour vers la Piazza NAVONA !...

    Chemises manches longues...

    Et aujourd'hui, et ce depuis quelques jours, il fait presque pas froid. Et c'est ainsi que quittant ROME, nous glissâmes mollement à 5 noeuds, sur une mer plate, par un p'tit F3, en grand largue, sous un ciel bleu, en direction de NETTUNO !

     


    votre commentaire
  • On a donc finit par arriver à NETTUNO, comme je le disais dans le précédent article !

    NETTUNO

    On pénètre dans le port par un vent forcissant... Mais dès qu'on y sera dedans, le vent, comme par magie, s'efface. J'aime ces ports où le vent n'existe pas !

    NETTUNO

    NETTUNO, c'est toujours aussi beau, mais j'éprouve comme une certaine lassitude de l'endroit ! C'est la troisième fois que je viens ici et il me tarde désormais de découvrir d'autres choses.

    NETTUNO

    Faut dire (et rappeler) que notre descente de l'ITALIE est d'une longueur... Pourtant, on a le temps... Mais l'objectif reste la GRÈCE !

    NETTUNO

    Bien sûr qu'on voit de belles choses... Et le bateau est un bon moyen de découvrir ! Mais je ne sais pas (Anne, au secours ! Dit-moi ce qu'il se passe dans ma tête !!!)...

    NETTUNO

    On est pas encore entré dans l'été... Le ciel est compliqué ! La température du fond de l'air reste froide !

    NETTUNO

    D'ailleurs, ceci explique cela ! Ben oui ! Une placette vide de tout alors qu'il est à peine 20 heures !

    NETTUNO

    Bon. Nous, on s'est trouvé une gargotte à pizza.

    NETTUNO

    L'été arrive ?

    NETTUNO

    Peut-être !

    NETTUNO

    Vue du port d'ANZIO, ...

    NETTUNO

    ...Et de ses barques de pêche !

    C'est tout. C'est pas beaucoup, hein ? Pour 3 jours passés ici ! Bon.

    Pour ceux qui viennent par ici, j'vous livre une p'tite combine ! Le port est géré par..., le port ! Mais sur le port, y'a des concessionnaires de bateau qui gèrent aussi quelques places et qui n'hésitent pas à pratiquer des tarifs légèrement plus bas que ceux du port lui-même ! Il faut donc s'amarrer au quai puis, avant de donner ses papiers à la capitainerie, courir ventre à terre pour négocier un truc avec les concessionnaires... En théorie, on économise un shouïa ! Nous ? 10 %. Mais que sur 2 nuits parce que nous ? On a pas couru ventre à terre et qu'on a payé plein pot la première nuitée ! Ben tiens !

    Si NETTUNO est aussi court, c'est normal ! Faut dire qu'on a plein de trucs à faire ! Tellement qu'à cette heure ou j'écris, ben NETTUNO, c'est du passé bien froid ! On a poursuivi la route vers les iles PONTINES. A commencer par PALMAROLA !

    NETTUNO

    Même que après PALMAROLA, on est allé à PONZA puis VENTOTENE... Mais c'est une autre histoire !

    NETTUNO

    Ainsi, c'est par une traversée mouvementée, avec un vent fou, et une grosse mer que c'est difficile de garder son équilibre, qu'on arrive, assez tard du reste, à PALMAROLA. Que là, ben c'est la première fois que j'y viens ! Vous remarquez, évidemment, que j'ai préparé l'ancre et son orin ! Je n'ai pas fait ça juste pour le plaisir de mettre un peu de couleur sur cette photo !

    NETTUNO

    On aborde l'île par sa face nord... Et on va la longer tout du long avant de trouver notre mouillage dans la cala Brigantina...

    NETTUNO

    Et on y arrive au coucher du soleil ! C'est beau et calme. On est 3 bateau seulement ! Je mouille et oringue par 11 mètres de fond sur du sable que disent les cartes, mais sur de gros cailloux, quand même, quand je regarde le fond ! L'orin, c'est pour ne pas plonger ! En plus, ça grouille de méduses ! On va bien dormir.

    Et au matin...

     

    Ce sera pour la prochaine fois !

    Coucou à vous !

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique