• Mai 2019

    C'est seulement par le risque de sa vie que l'on conserve sa liberté.

    Georg Wilhelm Freidrich Hegel, philosophe.

  • Ça, y'en a eu d'la peinture... Et pas que sur la coque ou sur la chaîne d'ancre..., mais aussi dans mes yeux, sur mon nez et plein les mains !

    Les travaux de préparation avancent.

    C'est pas qui y'en a beaucoup à faire, mais ça prend quand même un peu de temps. Et puis de toute façon la météo n'est pas bonne du tout ! Y'a beaucoup de vent ! Et puis j'attends deux nouvelles jauges pour mes réservoirs d'eau, ce qui fait qu'on traînasse un peu à PORT NAP.

    Quelques photos de la barbouille pour bien décourager ceux qui auraient des velléités de venir m'aider !

     

    D'la peinture...

    Comme le dit si bien le titi de TROLL : "Je ponce donc j'essuie !"

     

    D'la peinture...

    Je bouche les défauts avec de la peinture rouge... C'est facile ça ! Faut quand même dire qu'avant, je me suis tapé tout le ponçage de la coque, histoire d’ôter tout ce qui veut bien s'enlever !

     

    D'la peinture...

    Le ZEF ? Il aime bien quand on lui titille ses appendices !

    Coquin, va !

     

    D'la peinture...

    Peinture à matrice dure pour les prises d'eau...

     

    D'la peinture...

    Et pour l'hélice du propulseur ? Pareil. En rouge. Parce que sous l'eau, tu la vois bien et tu risques pas d'aller y fourrer tes doigts ! (Je ne sais pas pourquoi y'en aurait qui iraient y fourrer les doigts, mais je prends les précautions d'usage...)

     

    D'la peinture...

    Étape du scotch sur la ligne de flottaison pour éviter que la peinture ne déborde. Bon. Pour moi, j'aurais pu m'affranchir de gaspiller du scotch vu que ça déborde quand même !

     

    D'la peinture...

    Remuage de la barbouille avec la perceuse... Dire qu'il y a pas si longtemps que ça, j'me faisais ça à la main avec un bâton !

     

    D'la peinture...

    Peinturluage en 2 couches !

     

    D'la peinture...

    Qu'est-ce que je m'amuse !

     

    D'la peinture...

    En plus, j'ai des positions pour peindre qui ne font pas mal au dos !

     

    D'la peinture...

    Vas z'y bibi, c'est bientôt fini !

     

    D'la peinture...

    Du nerf pépère, et vogue la galère !

    (Vous remarquerez mes pulsions incontrôlées en matière de poésie...)

     

    D'la peinture...

    Voilà...

     

    D'la peinture...

    C'est fini ! (Pour la coque !)

     

    D'la peinture...

    Je termine avec la chaîne en chausson et Ricard !

     

    Avez-vous remarqué qu'on voit pas souvent le mousse sur ces photos ? Normal, c'est lui qui les fait les images ! Et puis les travaux, c'est pas trop son truc. Mais il aide autrement... Évidemment ! Y fait des trucs pas drôles aux yeux de certains... Comme concocter des plats ou se doper avec sa philo ou se droguer à la culture (pas celle aux herbes mais celle des bibliothèques) ... Des fois, il tient le tournevis... Je le lui demande pour qu'il se sente utile... En fait, pendant qu'il tient le tournevis, moi, j'vais m'faire une petite pause bière au bar du coin ! Et quand je reviens, le tournevis n'a pas bougé d'un iota !

     


    votre commentaire
  • Ce jour est celui de la mise à l’eau.

    C’est aussi le jour où tous les sites de météo marine annoncent un vent très, très violent.

    Promptitude de la parole qui prévient. Promptitude objective ou alarmiste ? Nul ne le sait !

    Le capitaine s’est levé bien avant le soleil pour ausculter l’humeur de la mer.

     

    La promptitude de la parole

     

    La voiture s’est enlisée dans le sable de la plage. Promptitude de la parole oraculaire. Hélas, personne à bord du Zeph n’a pris au sérieux ce mauvais présage, qui annonçait la succession des crises qui allait pourrir la journée.

    Le capitaine avait peur pour les manœuvres à la sortie de la grue.

     

    La promptitude de la parole

     

    Alors le grutier nous a promis une place tout près de la grue, qui était vite accessible, sans recours à des circonvolutions risquées.

    Promptitude d’une parole compatissante.

    Puis quand est venue l’heure de toucher l’eau, la place proposée n’était plus disponible, parce qu’elle était rendue à une vedette à laquelle elle était initialement réservée.

     

    La promptitude de la parole

     

    Le Zeph était désemparé. Le capitaine, aux abois.

    Ordre et contre-ordre.

    Et tout le reste de la journée a été flétri par la promptitude des contre-ordres.

    Cet après-midi, le Zeph a vécu l’enfer de Policastro à domicile, à Port Napoléon, entre la grue et le ponton E.

    Promptitude donc de la parole du Maître des Enfers, Άδης – ΆΔΗΣ, qui a hurlé : « Celui-là m’a filé entre les doigts au cap Ταίναρο – ΤΑΙΝΑΡΟ. Cette fois-ci, il ne m’échappera pas ! »

    Et Άδης – ΆΔΗΣ a frappé, frappé, à cinq reprises, là où ça faisait le plus mal, au niveau du sternum, au point de couper littéralement le souffle à sa victime.

    Par bonheur, il y a eu aussi la promptitude de la parole salvatrice d’Ασκληπιός – ΑΣΚΛΗΠΙΟΣ, qui a riposté avec ces mots bien émouvants : « Je l’ai sauvé de la DZ (Dropping Zone) de l’hôpital cardiologique, je ne vais pas l’y envoyer maintenant ! »

     

    La promptitude de la parole

     

    L’Olympe a décidé que ce serait la parole salvatrice d’Ασκληπιός – ΑΣΚΛΗΠΙΟΣ qui l’emporterait.

    Nous ne sommes donc pas restés en enfer. Mais la descente aux Enfers a été très, très douloureuse !

     

    La promptitude de la parole

     

    Il est très rare que le mousse écrive dans le feu de l’action.

    La promptitude de sa parole d’aujourd’hui est un geste d’authenticité.

    La navigation n’est pas un plaisir, mais une épreuve.

    L’épreuve, comme celle du baccalauréat, est formatrice.

    Ce soir, l’épreuve continue.

     

    La promptitude de la parole

     

    Car le Souverain des Mers, Ποσειδώνας – ΠΟΣΕΙΔΩΝΑΣ, déchaînera des vents qui approcheront la soixante de nœuds nautiques au-dessus de ses flots mugissants.


    1 commentaire
  • Ça vous rappelle quelque chose ce titre ? Ben ça rien à voir. C'est du pur français. L'Histoire est seulement en marche ! Manu n'y est pour rien !

     

    L'Histoire en marche...

    Je voulais lui rendre un dernier hommage... Elle a été renflouée par les assurances, mais son propriétaire semble vouloir l'abandonner !... La pauvre vieille ! Construite en 1930 aux USA et venir mourir ici, au milieu des moustiques, dans le delta du Rhône, loin de tout, et même pas une vue sur la mer ! Violente du reste ces jours-ci !

     

    L'Histoire en marche...

    Le ZEF est à l'eau et tout de suite jeté dans le grand bain ! 60 nœuds de vent dans les rafales... Ça gite à tout va ! Y'a des amarres qui s'effilochent, des pontons qui cassent, des chandeliers qui se tordent, des coques qui frottent et qui perdent un peu de leurs splendeurs..., quand ce n'est pas quelques décimètres cubes de gelcoat ! Et le ZEF, lui, encaisse sans broncher... Accroché à son ponton, en attendant des jours meilleurs !

     

    L'Histoire en marche...

    Ça souffle vraiment très fort... Tempête de force 10 disent les bulletins météo. L'eau des marigots, si calme d'habitude, se transforme en chaudron bouillonnant... Et les rares mouettes qui osent encore voler, se tordent les ailes dans les plus fortes bourrasques !

     

    L'Histoire en marche...

    Dans le vent mugissant, je me demande comment font les cabanons de PORT-SAINt-LOUIS-DU-RHÔNE pour ne pas s'envoler ! Bon. D'une certaine façon, on a de la chance : Y'a pas de moustique. Ou si y'en a, ça fait longtemps que le vent les a chassés jusqu'au Maghreb ! Désolé les gars ! Faudra vous y habituer !

     

    L'Histoire en marche...

    Un cabanon au milieu du golfe de FOS, comme une île dans la tempête...

     

    L'Histoire en marche...

    Sinon, les travaux sur le ZEF sont quasi finis... J'ai fait un peu dans la couture avec des outils de couture !!!

     

    L'Histoire en marche...

    J'y ai cassé quelques aiguilles pour fixer mes renforts de lattes !

     

    L'Histoire en marche...

    Et puis j'ai passé quelques longues heures, ou disons de longues minutes qui ont ressemblé à des heures, tellement c'était ch...iant, à fixer de nouvelles jauges d'eau pour les réservoirs et leurs indicateurs respectifs...

     

    L'Histoire en marche...

    On voit ici, dans un effet stylistique travaillé spécialement pour la caméra du mousse, les prises d'eau des réservoirs. C'est joli hein ? Ça fait rêver ça, non ?

     

    L'Histoire en marche...

    Et ça marche en plus... Avec un effet de lumière pour dire s'il y'a encore de l'eau dans les réservoirs ! Ah !!! C'est tellement beau !

     

    L'Histoire en marche...

    Bon. Le ZEF est prêt. Y'a plus ka ! Surtout qu'en plus, on nous attend pour la mi-mai à ROMA, chez Danielle et Alberto ! Vous savez ? Les champions hors catégorie du fond de verre... (Et pour ceux qui ne savent pas, faut fouiller dans le blog du côté de PILOS en GRÈCE !)...

    Sauf que y'a quand même un chouïa de vent un poil trop fort !

    Bon. Et le rapport avec le titre de cet article, me direz-vous... Parce que pour le moment, y'a pas d'Histoire avec un grand Hache et qu'elle n'est même pas en marche...

     

    L'Histoire en marche...

    l'Histoire est là !

    Jadis, c'est à dire y'a à peine un an, la plage était dix fois plus vaste...

     

    L'Histoire en marche...

    Y'avait même une passerelle pour enjamber la dune, pour ne pas que tes pas d'humain la détruisent. Pour sauvegarder la nature, quoi... Et maintenant, y'a plus de passerelle, plus de dune ! Les tempêtes ont tout emporté. Y'a dix ans en arrière, la plage faisait presque 300 mètres de large... Aujourd'hui, l'eau brise au pied de ce qui reste de la dune. Dans pas bien longtemps, on ira faire les courses à l'Intermarché du coin en bottes ! Et peut être même qu'il nous faudra le masque et le tuba !

     

    L'Histoire en marche...

    Bon. Je termine sur une note d'espoir mêlé de tristesse... La vie est comme cette souche : usée, décatie, perdue au milieu de nulle part...

     

    L'Histoire en marche...

    Mais aussi... Elle est belle la vie ! Comme cette souche posée là par une mer sauvage et douce à la fois !

     

    Bon. Trêve de rêverie. On part dès que le vent s'assagit. Et on poétisera un aut' jour !


    votre commentaire
  • A-t-on le droit de dire que le balancement de la coque de part et d’autre de son axe longitudinal ne procure pas le plaisir du hamac mais l’anxiété qui paralyse le diaphragme ?

     

    La promptitude de la censure

     

    A-t-on le droit de dire que le craquement du bois, le crissement des cordages, les vibrations du verre, de la porcelaine, du plastic et du métal parlent de la fragilité, non pas du matériau, mais de la vie ?

    A t-on le droit de dire que le bruit d’un rouleau compresseur au-dessus de la tête et le mugissement qui enserre l’habitacle chancelant provoquent des nœuds au ventre ?

    A-t-on le droit de trembler quand des morceaux du ciel semblent s’écraser sur le toit des cabines et le faire exploser ?

     

    La promptitude de la censure

     

    A-t-on le droit d’être effrayé quand tout semble s’effriter et voler en éclats ?

    A-t-on le droit de dire le nombre d’heures consécutives taraudées par la terrible question qui concerne non pas l’issue de l’épreuve, mais sa nécessité ?

    A-t-on le droit de penser que ceux qui ne sont pas venus à bord sont plus chanceux que ceux qui y sont ?

    A-t-on le droit de dire que la navigation n’a absolument rien à voir avec la croisière, et que les réalités de l’une n’ont aucun lien avec les fantasmes de l’autre ?

     

    La promptitude de la censure

     

    A-t-on le droit de s’opposer à la promptitude de la censure, qui impose un discours rassurant, démagogique et fallacieux ?

    La promptitude de la censure est la promptitude d’une rétention d’information.

    La personne qui censure cherche à éteindre un feu, à dissimuler une honte.

    La personne à qui est destinée la censure subit un double outrage : on la juge indigne de recevoir l’information intégrale et incapable de se montrer compréhensive.

    La promptitude de la censure est la négation de la confiance, de la générosité et de l’ouverture d’esprit.

    A-t-on le droit d'être exhaustif, de ne rien omettre ?

    A-t-on le droit d’avoir peur sans être taxé de lâche ?

    La promptitude de la censure est celle de la substitution du paraître à l’être.

    A-t-on le droit de ne pas faire semblant ?

     

    La promptitude de la censure

     

    Une censure différée n’a pas de sens. Elle ne peut être qu’immédiate. D’où sa promptitude.

    L’essence de la navigation est dans le partage intégral dès les premiers instants, sans la promptitude de la censure.


    1 commentaire
  • L’affaire a été réglée en moins d’une heure, hier matin : le Zeph passerait son prochain hiver sur un ber, non pas de la Camargue, mais de l’Hellade.

    La bourrasque qui s’était abattue sur Port Napoléon le jour de la mise à l’eau a servi d’aiguillon à la prise de décision.

    Salomon a écrit :

    לַכֹּל זְמָן וְעֵת לְכָל־חֵפֶץ תַּחַת הַשָּׁמָֽיִם׃ ס

     

    עֵת לְבַקֵּשׁ וְעֵת לְאַבֵּד עֵת לִשְׁמֹור וְעֵת לְהַשְׁלִֽיךְ׃

     

    קֹהֶלֶת

     

    « Il y a un moment pour tout et un temps pour toute activité sous le ciel :...un temps pour chercher et un temps pour perdre, un temps pour garder et un temps pour jeter,... »

    Écclésiaste, chapitre 3, versets 1 et 6.

     

    Le sage roi ne parlait pas du caractère cyclique du cours des choses, mais de la nécessité de se montrer perspicace pour se saisir à pleines mains de la chance offerte par un changement.

    Faisant preuve de perspicacité, le capitaine et le mousse ont compris qu’était venu le temps de dire adieu à Port Napoléon.

    Circonstanciellement, la météo marine annonçait une seule accalmie, qui aurait lieu aujourd’hui. Le seul jour possible pour l’échappée est donc aujourd’hui. C’est aussi le jour de la promptitude de l’adieu.

    Pas de cinéma de minuit, pas de concert tardif, pour être opérationnel dès l’aurore.

     

    La promptitude de l'adieu

     

    Car il restait encore à gréer les voiles.

     

    La promptitude de l'adieu

     

    Au ponton E, où s’était réfugié le Zeph pour échapper aux affres de la tempête, il était nez à nez avec un bateau estampillé Wauquiez.

     

    La promptitude de l'adieu

     

    Wauquiez était la signature préférée de l’instructeur des premiers jours.

    Ce matin, sur le flanc droit de la coque Wauquiez, vers la proue, un oiseau regardait le capitaine régler la grand’voile. Était-ce l’esprit de l’instructeur, qui est venu souhaiter bonne chance au Zeph au sujet de la récente décision ?

    Il paraît qu’une hirondelle toute seule ne fait pas le printemps. Qu’à cela ne tienne ! Il suffisait de descendre deux empans plus bas, sous le premier perchoir, pour trouver une présence qui permettait de constituer la paire destinée à déjouer l’argument du singulier.

     

    La promptitude de l'adieu

     

    À présent, ils étaient deux pour souhaiter bonne chance au Zeph. À côté de l’incarnation de l’instructeur, il y avait celle de la marraine du Zeph.

    Comme à son habitude, le Zeph voulait à son bord un jardin d’aromatiques. Sur le marché forain de Port-Saint-Louis-du-Rhône, il venait d’acheter deux pieds de basilic.

     

    La promptitude de l'adieu

     

    À cause de promptitude de l’adieu, le Zeph a largué les amarres sans avoir eu le temps d’incorporer le basilic dans le jardin d’aromatiques.

    Adieu, terre nourricière de l’Extrême-Occident !

    Le passage dans les sangles de la grue a rapproché spatialement le Zeph de l’Épisode.

     

    La promptitude de l'adieu

     

    Le surlendemain de ce rapprochement spatial, l’expérience courageuse de l’Épisode a incité le Zeph à s’engager résolument dans un nouvel épisode de l’existence.

    L’astre solaire a réalisé les deux tiers de sa course au-dessus de l’horizon quand le Zeph s’est retrouvé, ce jour, devant Massalia.

     

    La promptitude de l'adieu

     

    Adieu, Fille de Phocée ! Le Zeph ne te reverra plus, car il s’en va se faire dorloter dans le giron de tes ancêtres.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique