• Le bateau

    On parle d'un OCEANIS 393.

    Et il n'est pas à vendre. Inutile d'insister. Et pour ceux qui insistent, pensez à un prix, le juste prix, hein? Et doublez-le, ça va refroidir vos ardeurs !

  • Ben, j'ai enfin compris comment mettre des vidéo dans ce blog !

    La première date de juillet 2016. On quitte ITHAQUE par bon vent en direction de MEGANISSI.

    Ici, c'était mon arrivée sur ATHENES. Un grand moment !

    Là, on est au prés au large de la Campanie. Je viens de quitter CAPRI... 

    Et là, c'était sur le trajet GALLIPOLI > SANTA MARIA DI LEUCA, par vent arrière faible... On avance à 2 noeuds. C'est pas beaucoup !

    En baie de NAPOLI.

    Voilà.

    Je termine avec quelques potes rencontrés, euh..., quelque part, mais j'vous dirais pas ou, pour pas que vous alliez les embêter !


    votre commentaire
  • C'est un OCEANIS 393 Clipper. Il est de 2006 et c'est le plus beau de toute la série... J'imagine que tous ceux qui en possèdent un disent la même chose. Mais ils se trompent ! Le mien est le plus beau. Na !

    Le batô...

     

    C'est la version en 3 cabines, avec une cabine qui a été remplacée par une soute pour y stocker tout un tas de trucs inutiles du genre : le canoë (gonflable, évidemment !!! J'ai pas un transatlantique pour y stocker un canoë en entier, moi !), 2 vélos (pliables, évidemment !!! J'ai pas un transatlantique... etc... etc...), un micro-ondes, des cerfs-volants, un chauffage à bain d'huile pour quand il fait froid, et plein de trucs encore...

    Le batô...

     

    Question équipement, là aussi, j'ai un tas de trucs sensés servir... 2 ancres, des amarres, avec des ressorts pour quand il y a du ressac, des défenses de différentes formes et couleurs pour quand il faut harmoniser le bateau avec ses voisins, des voiles (quand même, ça paraît obligatoire pour un voilier !), tout un tas de cordes et ficelles diverses pour hisser et régler les dites voiles, une grande passerelle en bois pour quand tu veux aller sur le quai en évitant le grand écart, et aussi une passerelle pliante en alu que tu peux accrocher dans les bossoirs... Ah ben oui... Le batô a un portique pour supporter des pannô solaires et une éolienne pour quand tu veux te faire un café "Clooney" ! (Voir en archive le 11 décembre 2015).

    Sinon, le batô a encore plein de trucs que je n'ai jamais utilisés comme une survie pour quand tu dois abandonner ton bord parce que t'as oublié de regarder tes cartes, ou la météo, ou ton horoscope, où qu't'as simplement oublié d'honorer les divinités ! Des gilets de sauvetage, des harnais, une trompette pour te signaler dans la brume, ..., bref, plein de trucs vous dis-je.

    Et j'vous dis pas tout ! Y'a un moteur aussi. Paraîtrait qu'il cache 55 chevaux dans ses entrailles ! En tout cas, mangent pas qu'du foin, les chevaux ! Y'a aussi une annexe pour quand tu dois ramener des provisions à bord et que tu t'es pas mis à quai, et qu'c'est difficile, à bout de bras, de nager avec un pack de bière dans une main et une bouteille d'ouzo dans l'autre !

    Le batô...

     

    Le batô est aussi équipé de plein de hublots pour quand tu navigues en hiver et que tu veux que le jour rentre à flot, dont plus de la moitié sont des hublots ouvrants pour quand tu navigues en été et que tu veux que l'air frais t'inonde ton intérieur.

    Bref, donc ! Y'a plein de trucs pour faire avancer la bête et avancer avec elle !

    Certains vont dire : Mais qu'est qui lui prend de faire cet article aujourd'hui ? Alors que ça fait depuis octobre 2015 que ce blog existe ? 

    Ben parce que, avec mon équipier favori, mon mousse quoi (Voir son rôle dans le détail en archive du 25 juillet 2016, l'article "de Missolonghi à Ithaca"), après avoir goûté aux joies du partage avec Eric et Anté du bateau ERICANTE, on s'est entendu dire que la première chose que Anté va voir dans un blog, c'est la tête du capitaine et de son équipage et la tête du bateau ! 

    Ceci explique donc cela.

    Alors pour voir l'intérieur, c'est simple, tu vas dans les archives du 12 décembre 2015, l'article " Et si vous visitiez le bateau ? " Là, vous y avez presque tout... Manque que les cabines...

    Et en vrai, le bateau et son capitaine ? C'est comme ça :

    Le batô...

     

    Pour la bobine du capitaine et celle du mousse ? Ben... C'est juste en dessous ! Mais d'abord le mousse justement, en train de crapahuter sur les pentes de VULCANO...

    Le batô...

     

     Et nous voilà !

     Le batô...

     


    votre commentaire
  • Pourquoi ZEPHYROS ?

    Je souhaitais un nom en rapport avec la mythologie, mais qui ne soit pas un dieu à part entière. Je ne voulais pas faire offense à tous ces dieux qui auraient pu prendre ombrage de voir leur nom sur un si petit bateau ! Emprunter alors le nom d'un demi-dieu, c'était faire coup double : honorer le demi-dieu tout en respectant avec humilité les dieux majeurs !...

    ...Un demi-dieu donc me suffisait !

    Dans la mythologie grecque, Zéphyr (en grec ancien Ζέφυρος Zéphuros, Zéphyros) est la personnification du vent d'ouest. Il est le fils d'EOLE, le maitre des vents. On lui attribue comme royaume "les lieux où se lève l'étoile du soir, où le soleil éteint ses derniers feux". Dans l'Iliade, il est considéré comme un vent violent ou pluvieux. Pour ma part, j'ai préféré retenir les textes de l'Odyssée qui le considère, au contraire, comme un vent doux et léger, une brise qui amène la fonte des neiges, une brise qui annonce le printemps. D'ailleurs, dans l'art gréco-romain, Zéphyros est représenté comme un garçon ailé, jeune et beau, portant un panier de fruits qui n'ont pas encore mûri et de fleurs qu'il essaime au vent...

    Pourquoi ZEPHYROS 2 ?

    La genêse de ZEPHYROS

    Parce qu'avant l'Océanis 393, ici dans la calanque de PORT MIOU...

    La genêse de ZEPHYROS

     ...Il y a eu lui : ZEPHYROS premier du nom. Un hanse 320, ici au quai de LOANO en ITALIE.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique