• Le plaisir de la passeggiata

    La passeggiata est la promenade de la soirée, une soirée qui peut commencer vers la fin de l’après-midi et se poursuivre jusqu’à tard dans la nuit.

    Un rituel ancestral. Une manière de vivre le crépuscule à l’italienne.

    Loisir non innocent, loin de là.

    La passeggiata est un agôn ( ἀγών – ΑΓΩΝ ), car elle est une confrontation comme au temps de la Grèce antique. Confrontation pour l’esthétique, le savoir, le jugement.

    Confrontation au regard de l’autre, à la performance du voisin.

    Au cours de la passeggiata, chacun joue « sa » pièce de théâtre, préparée ou improvisée, et se considère comme le protagoniste, c’est-à-dire le personnage principal de l’agôn.

    Bonheur de voir et d’être vu (e), au Porto Maurizio di Imperia. Le participe passé se mettrait volontiers au féminin, car la protagoniste était une créature féminine, extrêmement gracieuse et généreuse. Elle a tout de suite repéré l’appareil de photo qui guettait derrière le rideau de bougainvilliers. Elle a offert un sourire de bienvenue et un signe de la main droite pour signifier sa coopération.

     

    Le plaisir de la passeggiata

     

    Puis son centre d’intérêt revenait à son compagnon, qui s’amusait bigrement avec une silhouette canine.

    Devant les Bagni Manè, ils étaient une bande de trois, un jeune couple et leur ami. Tous les trois bien dans leur peau, apparemment dans une fascinante insouciance. En tout cas, très émancipés. Si l’on compte aussi l’animal de compagnie, ils étaient une bande de quatre à savourer leur passeggiata.

    Miroir : comment me trouves-tu ?

    La passeggiata est une interrogation en promenade, une promenade de l’interrogation.

    La passeggiata s’inscrit dans le sillage de l’agôn antique.

    Passeggiata pour la confrontation, l’affrontement.

    Jeux de ballon, jeux de jambes, voire jeux de mains.

     

    Le plaisir de la passeggiata

     

    Exercice physique, compétition sportive.

    Se comparer avec autrui.

    Se mesurer à l’autre.

    Plaisir agonistique exalté par la jeunesse des corps.

    Spectacle à l’étage de l’édifice art nouveau du Porto Maurizio di Imperia. Balcon de la Spiaggia d’oro, choisi pour montrer la performance musculaire, l’efficacité du mental.

    Passeggiata pour rencontrer l’autre, le défier, voire le séduire.

    L’esprit de l’agôn grec investit tous les âges au cours de la passeggiata.

    Dès l’enfance, l’on recherche la confrontation avec les lois de la physique : gravité, célérité. Mais confrontation aussi avec les exploits du voisin.

     

    Le plaisir de la passeggiata

     

    Un gigantesque cylindre, couché à l’horizontale, était installé par le Porto antico di Genova pour celles et ceux qui voulaient s’adonner aux jeux du tunnel. Toboggan, colin-maillard, course-poursuite, ou toute autre activité ludique selon la stimulation du cadre spatio-temporel.

    Passeggiata pour s’ébrouer de défis grisants et de sensations nouvelles.

     Passeggiata, ma ecologica, de préférence.

    Le capitaine et le mousse ont allègrement fait usage des destriers argentés pour profiter du Lungomare di Livorno, jusqu’à l’Accademia Navale.

    La force musculaire des mollets satisfaisait à l’exigence omniprésente de respecter l’environnement. Le plaisir, à toute heure de la journée, mais en s’associant à une conscience qui était très en vogue, celle de prendre soin de la planète.

    Passeggiata à l’heure précoce.

     

    Le plaisir de la passeggiata

     

    Le plaisir appelant le plaisir, il y a eu une deuxième édition, après la collation du crépuscule.

    Passeggiata à l’heure tardive.

     

    Le plaisir de la passeggiata

     

    Passeggiata sublime en compagnie des halos dorés de la notte livornese.

     Savona. « Gelato Bio » sous les arcades de la Via Paleocapa qui reliait le port au Monument aux Morts.

     

    Le plaisir de la passeggiata

     

    Générosité et hospitalité de la jeune gérante. Pas d’interdiction sous prétexte de « proprietà privata ». Hilarité de ses deux amies. La joie de vivre incitait au partage, surtout quand il était culturel. Il ne s’agissait pas de consommation, ou de bénéfice financier. Il s’agissait de conscience, du partage d’une prise de conscience, de la gratitude pour un regard attentif. Sur ces entrefaites, passait une jeune silhouette féminine, habillée tout de blanc, gracieuse comme une piéride du soir. Témoin malgré elle de l’échange entre les trois fans du gelato bio et le mousse, la créature diaphane a montré un sourire de complicité, d’approbation, et d’enchantement.

    Peut-il y avoir passeggiata senza gelato ?

    Ma sì !

    Promenade au bord de l’eau, pour plus de fraîcheur et plus de romantisme.

    Passeggiata à deux, avec des pauses pour refaire le monde. Un monde à deux, pour deux.

    Savona ancora. Quai Nord de la vieille darse, à l’ombre de la Torre Leon Pancaldo.

     

    Le plaisir de la passeggiata

     

    Refaire le couple, au bord de l’eau, tout près de l’eau. Comme si si l’eau favorisait l’épanchement, l’osmose, la fusion.

    Se confronter pour retrouver l’accord, l’harmonie. À tous âges.

    La lumière du couchant exhibait le trésor en chaque être. La douceur de la température facilitait la compréhension mutuelle, les concessions réciproques. On s’arrêtait de mouvoir les jambes, mais l’on continuait de faire la route ensemble, peut-être cahin-caha, mais bras dessus bras dessous, langoureusement, amoureusement ! Plaisir de la passeggiata des retrouvailles. Retrouver l’autre, retrouver soi-même !

    Non loin du couple en plein agôn, apparaissait une silhouette apparemment non accompagnée. Solitude ?

     

    Le plaisir de la passeggiata

     

    Seulement en apparence. On faisait les emplettes pour les siens.

    La belle dame venait chercher de la nourriture toute prête, préparée par un traiteur de la mer.

    Passeggiata utilitaire, pour le bien du clan familial.

    Plaisir de faire du négoce, à l’heure du crépuscule, en profitant de la promenade sur les quais de la vieille darse.

    Savona sempre. Extrémité méridionale du pont amovible qui gardait l’entrée de la vielle darse. Le capitaine se dirigeait vers lesplanade qui s’étendait devant la capitainerie. C’était le lieu de retrouvailles de tout le campus de Savona à l’heure de minuit.

     

    Le plaisir de la passeggiata

     

    Une très belle jeunesse, émancipée et courtoise, savourant la fraîcheur de la nuit et la joute oratoire, avec ou sans boisson alcoolisée.

    Une passeggiata à l’arrêt ? Nullement. Plutôt une passeggiata en mutation, la pensée et l’échange étant ce pour quoi l’on avait marché.

    Soupeser l’autre, le raisonnement de celui-ci.

    Contester, vérifier, démontrer, acquiescer.

    Le plaisir de la passeggiata n’est pas égoïste.

    Insensiblement, mais efficacement, la socialisation s’opère grâce à la passeggiata.

    Le visiteur participe volontiers au rituel de la déambulation, pour faire comme les natifs : voir et être vu.

    Le résident étranger aussi s’associe à la pratique de la promenade en apportant sa touche pittoresque.

     

    Le plaisir de la passeggiata

     

    À l’heure de la passeggiata sur le Porto antico di Genova, l’esplanade du Mahatma Gandhi s’embellissait d’une multitude de saris colorés.

    Universalité de l’esprit et du bonheur de la passeggiata.

    Passeggiata en musique. Le Porto antico di Genova l’avait promis. Alors, tout le front de mer qui entourait l’Acquario s’est transformé en une immense scène pour spectacles. Ça et là, bourgeonnait une multitude d’orchestres qui diffusaient leur bonne humeur, leur vitalité et leur envoûtement.

    Passeggiata dansante, selon le goût de chacun.

    Un père dansait affectueusement avec sa fille, au son d’un quatuor.

     

    Le plaisir de la passeggiata

     

    Passeggiata pour corps entrelacés, joue contre joue.

    Qui faisait danser l’autre ? La figure paternelle, dont les jambes et le bassin oscillaient ostensiblement d’après les mélodies exécutées par le groupe de musiciens ? Ou la fillette qui offrait aux épaules paternelles la tendresse d’une étreinte, et faisait battre à l’unisson les deux cœurs appuyés l’un sur l’autre ?

    Tout le centro storico di Genova s’est mis au diapason du Porto antico.

    Après le pas de deux, il y a eu l’envol de la ballerine.

    Inspiration de l’instant. Chorégraphie improvisée.

    L’orchestre était unitaire : une violoniste de talent, au charisme irrésistible donnait le rythme, produisait de la joie, suscitait l’évasion. La mélodie, de source contemporaine, soulevait les corps et les robes.

     

    Le plaisir de la passeggiata

     

    Pour qui dansait la jeune fille ? Pour la violoniste ? Pour le père, l’impresario ? Ou pour elle-même ?

    Qui était le protagoniste ? Le père ou sa fille ? La danseuse étoile ou son imprésario ?

    Magie d’une multitude de protagonistes, d’une confusion inattendue des rôles. Bonheur d’une fin d’après-midi de samedi, quand le soleil cessait d’être agressif pour être seulement la source bienveillante qui éclairait tout élan de générosité.

    Le masculin n’était pas seulement admiratif du féminin, il en était follement amoureux !

    Il va de soi que le cadre spatio-temporel était important, voire primordial.

    Le Porto antico di Genova s’employait à faire de la saison estivale un remède contre la morosité. Combattre la banalisation, refuser l’acceptation de la médiocrité.

     

    Le plaisir de la passeggiata

     

    C’était dans ce contexte stimulant qu’avait lieu la scène du pas de deux.

    Quant à la scène de l’imprésario follement amoureux de la jeune ballerine, elle s’est déroulée dans l’artère principale de la cité portuaire, là où se rassemblaient les plus importants palais de la Renaissance. Cadre aristocratique, qui communiquait instinctivement l’élégance à toute manifestation liée à l’art. Art de vivre, art de plaire, art de séduire.

    Ce jour-là était un samedi. Le giron de la municipalité exhalait mille parfums délicieux grâce aux cortèges nuptiaux.

     

    Le plaisir de la passeggiata

     

    Ondes de félicité sans aucun doute, qui se faisaient écho d’une façade Renaissance à l’autre. Mais l’énergie juvénile de la toute jeune ballerine était intrinsèque, et sa joie de vivre et de plaire était une démonstration de son être en fête.

    Dans cette passeggiata de la séduction, la chorégraphie improvisée par la jeune ballerine pour charmer son imprésario était toute naturelle.

    Lune de miel entre la ballerine et son impresario.

    Est-il permis de tomber follement amoureux de l’un des siens ? La passeggiata à Genova, répondait par l’affirmative.

    Est-il permis de séduire autant l’un de ses proches ? La passeggiata du samedi soir à Genova, répondait encore par l’affirmative.

    L’artère principale incitait au partage de la joie. Les rues transversales, également.

    Des suggestions, illuminées par des guirlandes de lumière, proposaient des thèmes instructifs.

     

    Le plaisir de la passeggiata

     

    Être curieux de l’autre, de la vie.

    Être encore capable de s’émerveiller, ne cesser de s’émerveiller.

    Quête de surprise et d’originalité.

    Comme l’imprésario avait raison de s’émerveiller de la grâce de la jeune ballerine, qu’il semblait découvrir pour la première fois !

    La passeggiata n’est pas que la déambulation d’enveloppes corporelles neutres. C’est une quête de l’autre et une démonstration de la capacité d’échanger.

    La passeggiata requiert plus que la force motrice des jambes. Elle témoigne du désir de tisser du lien social et relève du second degré.

    Promenade du second degré, second degré en promenade.

    La passeggiata se nourrit du plaisir agonistique qui se renouvelle à chaque crépuscule.

    Qui donnait l’impulsion de la danse ? La jeunesse ou la figure paternelle ? Ni l’une ni l’autre. C’était καιρός – ΚΑΙΡΟΣ lui-même ! Et tous, sans distinction, sont invités à lui emboîter le pas dans la grande passeggiata sur l’esplanade de la vie.

    Viva l’Italia e la sua passeggiata !


  • Commentaires

    1
    anne
    Vendredi 10 Août à 18:24

    Le capitaine et le mousse ont-ils trouvé l'amour pendant la passeggiata ??????

    yes

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :