• Le plaisir de la mobilità

    Qu’est-ce qui motive la mobilità ? En quoi est-elle source de plaisir ?

    Mobilità à Portovenere, apparemment pour le gagne-pain, très tôt le matin. Un homme pêchait à la traîne en tournoyant autour du Zeph.

    De ronds dans l’eau, bien avant l’extinction des lumières de la nuit finissante, et jusqu’à l’éclairage uniforme des façades. Plus de deux heures d’affilée, le même parcours circulaire réalisé au moins une cinquantaine de fois. Mobilità obsessionnelle qui suscitait la curiosité du mousse. Curiosité qui devenait à son tour obsessionnelle, ce qui a fortement perturbé la concentration du pêcheur insolite, qui a fini par heurter les bouées de démarquage.

     

    Le plaisir de la mobilità

     

    La prise était très maigre, voire insignifiante. C’était comme si le plaisir de l’homme n’était pas au bout de l’hameçon, mais dans le mouvement giratoire proposé dans les fêtes foraines.

    Mobilità sur les traces de l’antiquité, à l’antique, avec des pieds chaussés de sandales.

    Mobilità pour humer l’air de l’arrière-pays, s’enivrer des flagrances des agrumes.

    Plaisir de la flânerie sur un sentier aérien.

     

    Le plaisir de la mobilità

     

    Amalfi, Il Sentiero degli Dei (le Sentier des Dieux).

    Ravello, Villa Cimbrone, la Terrazza dell'Infinito (la Terrasse de l’Infini).

    Y-a-t-il un plaisir plus fabuleux que celui de contempler l’infini, à partir de ce belvédère, offert par la mobili à l’antique ?

    Mobilità avec un nombre impair de roues.

    Plaisir de l’imparité inhabituelle.

     

    Le plaisir de la mobilità

     

    Genova, Piazza San Lorenzo, devant le parvis de la cathédrale.

    Des touristes en provenance d’immenses immeubles flottants voulaient essayer un nouveau mode de locomotion, apparemment écologique, pour rentabiliser leur temps de visite.

    Mobilità festive, pour être en résonance avec le cadre spatio-temporel.

    Avec ses canaux illuminés, Livorno caressait le rêve d’être l’égale de la Serenissima.

    Alors, viva la mobilità au fil de l’eau ! Surtout à bord d’une embarcation qui portait le nom de l’illustre Vénitien qui avait voyagé jusqu’à l’Orient-Extrême.

     

    Le plaisir de la mobilità

     

    Mobilità instructive et plaisante, en compagnie du Marco Polo, tout fier de faire découvrir l’architecture militaire des Médicis.

    Mobilità à coups de rame.

    Mobilità pour retrouver le giron de la mer en automne, quand le Zeph était de nouveau à sec.

     

    Le plaisir de la mobilità

     

    Mobilità pour explorer les anfractuosités des falaises.

    La pirogue remplaçait l’annexe. Mais le plaisir de ramer était le même.

    La calanque de l’Éverine offrait le plaisir de la confrontation avec les flots.

    Mobilità ambitieuse, grâce à l’aide technique apportée par les destriers argentés.

    Plaisir de l’autonomie et de l’évasion le long de l’immense Lungomare di Livorno.

    Plaisir de la vitesse. Plaisir d’être rafraîchi par le vent généré par la vitesse.

    Plaisir de klaxonner pour se prémunir des collisions, pour faire sursauter les piétons.

    Plaisir de se confondre en excuses quand l’accident a failli se produire.

    Plaisir d’ériger les destriers en figures de proue, du crépuscule jusqu’à l’aube suivante.

     

    Le plaisir de la mobilità

     

    Pour économiser du temps et des efforts lors du dernier jour, les destriers argentés faisaient leur pause méridienne non pas à proximité du Zeph, mais au premier tournant après le portail donnant accès au ponton.

     

    Le plaisir de la mobilità

     

    Mobilità privilégiée par rapport aux autres bateaux du ponton du Molo Mediceo.

    Plaisir du privilège. Mais plaisir bien mérité, en raison des économies réalisées en amont.

    Mobilità dès la plus tendre enfance. Bonheur familial en promenade, dans la fraîcheur du crépuscule.

     

    Le plaisir de la mobilità

     

    Sur l’esplanade qui s’étendait devant la capitainerie de Savona, des parents venaient de choisir pour leur fille un ballon transparent qui faisait apparaître, telles des lucioles, les lumières de la ville.

    Mobilità pour le grand âge aussi, sur les quais du Porto Maurizio di Imperia.

     

    Le plaisir de la mobilità

     

    Plaisir de renforcer le lien intergénérationnel et d’œuvrer à la solidarité.

    Mobilità pour la santé physique et morale.

    Mobilità du corps, mais aussi de l’esprit.

    Mobilità mentale du capitaine à Genova, qui a permis de ne pas transformer la rudesse et le caractère intraitable de la Marina Porto Antico en fiasco. La colère et le dépit étaient tels que le Zeph rebroussait chemin pour s’en aller définitivement de Genova. Mais un éclair a traversé l’esprit du capitaine, qui s’est mis à contacter la Marina Molo Vecchio, laquelle était la concurrente de l’autre Marina.

    Plaisir de provoquer le renversement de la situation, de transformer la malchance en chance, de se sentir maître du cours des choses.

     

    Le plaisir de la mobilità

     

    La présence d’esprit du capitaine était très salutaire sur le plan financier et culturel. D’une part, il a obtenu l’équivalent d’une quatrième nuit gratuite. D’autre part, cette grande escale s’est parée de l’immense plaisir de découvrir l’art au sein de la cité portuaire que les Anciens appelaient « la Superba ».

    Mobilità imaginative du capitaine à Sestri Levante, qui a pris l’initiative d’inclure dans la route du retour l’île d’Elbe et la Corse, pour éviter la répétition et la monotonie.

     

    Le plaisir de la mobilità

     

    Trouvaille géniale en conférant à la boucle de l’itinéraire une configuration convexe optimale pour prolonger le plaisir et préserver l’enchantement.

    Mobilità pour créer la surprise, injecter de la nouveauté, produire la variété.

    Mobilità tactique du capitaine à Livorno, qui circonscrivait puis sondait l’ormeggiatore pour obtenir une remise approchant les 40 %.

    Plaisir de la négociation, voire de la provocation.

    L’ormeggiatore, dont nous venions de faire l’éloge pour ses talents de plasticien, passait de 40€ à 30€ la nuit. Moue très suggestive du capitaine, sans aucun mot, ni italien, ni français. Immédiatement, l’ormeggiatore a pris la parole à notre place. Avec une voix remplie de douceur, il a dit : « Troppo ? ». Puis il a enchaîné avec : « 25€ ? » Le capitaine a acquiescé de la tête. Le marché était conclu. Pleine satisfaction des deux parties.

     

    Le plaisir de la mobilità

     

    Mobilità de l’intelligence, avec le plaisir de programmer l’encerclement, de tendre un piège, de pousser l’adversaire à la reddition.

    Non pas la mobilità nue, juste fonctionnelle. Mais la mobilità avec un peu de fantaisie, voire beaucoup de fantaisie. Une mobilità avec le souci de la coquetterie, pour le plaisir du regard sur soi-même, comme pour le plaisir d’attirer le regard des autres.

     

    Le plaisir de la mobilità

     

    Ce n’étaient pas les fleurs qui étaient transportées, c’étaient elles qui aidaient à transporter la serviette de bain, et d’autres affaires de toilette, car la bicyclette décorée se trouvait devant les Bagni Pancaldi Acquaviva, sur le bord de mer qui menait de l’Accademia Navale au Porto Turistico di Livorno.

    La mobilità sans oublier l’élégance, même sur l’eau.

     

    Le plaisir de la mobilità

     

    Île d’Elbe. Marina di Campo. Flotter et avancer dans l’eau, mais avec des couleurs, et l’image féerique de la licorne.

    Le plaisir de la mobilità était toujours inséparable de celui du regard.

    La mobilità pour célébrer la vie en marche.

     

    Le plaisir de la mobilità

     

    La mobilità à tout âge, avec l’inéluctable pouvoir de séduction, dans l’euphorie du Porto Antico di Genova.

    La mobilità témoigne de l’appétit de vivre.

    Vivre avec une perspective bien définie, celle que chantait un album de musique française, paru il y a deux décennies :

    J'n'ai pas choisi de l'être

    Mais c'est là, « l'Innamoramento »

    L'amour, la mort, peut-être

    Mais suspendre le temps pour un mot

    Tout se dilate et cède à tout

    Et c'est là, « l'Innamoramento »

    Tout son être s'impose à nous

    Trouver enfin peut-être un écho

    Le texte de la chanson française fait un emprunt à la langue italienne, plus exactement au vocabulaire du sociologue Francesco ALBERONI, célèbre pour sa définition :

    Che cos’è l’innamoramento ? È lo stato nascente di un movimento collettivo a due.

    Qu’est-ce le choc amoureux ? C’est l’état naissant d’un mouvement collectif à deux.

    Projet de mobilità à deux.

    Désir de se mouvoir à deux.

    Mobilità à deux, pour le plus longtemps possible.

    Viva la mobilità dell’innamoramento !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :