• Le défi de la différence

    La différence interpelle, questionne, intrigue, et peut même séduire.

    Différence dans la localisation spatiale. De ce côté de la planète, se trouve l'Occident. De l’autre côté, c'est l'Orient. Quand on se lève en Mer de Chine, l’Hexagone se prépare à aller au lit.

    Différence dans le regard du temps. L'année solaire régit l’Ouest, l'année lunaire triomphe à l’Est.

    À propos du calendrier lunaire, le nouvel an aura lieu à la prochaine nouvelle lune, phénomène astronomique prévu pour ce mardi 5 février, à 05h03min, heure de Pékin. Mais à cet instant-là, la France n’aura pas fini son lundi 4 février, et les montres de l’Hexagone indiqueront 22h05min.

    Autrement dit, dans une paire d’heures, l’Orient-Extrême entrera dans son nouveau cycle des douze lunaisons.

     

    Le défi de la différence

     

    À cette occasion, le mousse adresse à tous les amis du Zeph le triple vœu qu’il a appris du temps où il était encore un enfant des rizières.

    Dans le Sàigòn de 2019, ce triple vœu s’écrit : Phước Lộc Thọ.

    À la cour de l’Empereur d’AnNam, sa calligraphie était

    祿.

    Une traduction en français pourrait être : Chance, Prospérité, Longévité.

     

    Le défi de la différence

     

    D’abord, phước, qui désigne un moment béni, est la conjonction providentielle du bien-être et du temps présent. Il s’agit d’une situation heureuse, qui n’a pas été acquise par des efforts personnels, mais qui a été octroyée par la chance. C’est le succès, qui est déclaré comme exogène, et non endogène.

    Le mot français qui rejoint cette notion est « fortune », au sens d’événement béni, et pas seulement au sens de l’aisance financière.

    Pour parler de la malchance que Cosette a eue dans son existence, on emploiera l’expression « phước ». « Infortuné » correspond à « phước ». Le préfixe « in » équivaut à la négation «  ».

    Ensuite, lộc renvoie d’abord à l’image d’un arbre chargé de fruits. C’est la fécondité, au sens de la capacité d’engendrer de multiples conséquences heureuses. Cette multiplicité crée l’abondance. Lộc désigne alors la prospérité.

    Les Écritures grecques y font écho en parlant des figuiers et des oliviers prospères.

    Enfin, thọ, c’est la résistance dans le temps, le cumul sans fin des années.

    Le premier vœu exprimé dans l’Orient-Extrême est la chance, tandis qu’en Occident, on souhaite d’abord la santé.

    Quand on a beaucoup de chance dans l’existence, à plein d’égards, alors on dit qu’on a une vie heureuse. L’Orient-Extrême souhaite d’abord le bonheur, qui n’est pas l’aboutissement d’une quête acharnée, mais qui est un cadeau exprimant la bienveillance du temps. En Méditerranée orientale, la chance apportée par le temps se nomme καιρόϛ – ΚΑΙΡΟΣ.

    L’Occident, lui, est plus pragmatique. Son premier vœu est le bon fonctionnement de la machine biologique.

    Le bonheur inclut une santé prospère. À l’inverse, la santé n’est que le premier pas vers le bien-être.

    Le premier vœu de l’Orient-Extrême porte sur une globalité. Celui de l’Occident ne concerne que la première pierre de l’édifice global.

    Deux formes de sagesse se toisent. La sagesse de l’Orient-Extrême réside dans la prise en compte des coups de pouce de la providence. La sagesse de l’Occident est dans la progression par étapes, qui sous-entend une totale indépendance par rapport aux éléments extérieurs.

    Le défi de la différence est celui de l’ouverture et de la complémentarité.

    Au seuil de la nouvelle année lunaire, le Zeph a une pensée très affectueuse pour la Cassandre du pays nîmois. Elle a découvert les aventures du Zeph grâce à la chronique. Puis le texte et les illustrations lui ont donné envie de connaître le capitaine et le mousse en chair et en os.

     

    Le défi de la différence

     

    Le jour où elle les a reçus dans sa demeure ensoleillée, elle a préparé une belle table parée d’olives charnues et succulentes. Et parmi cette magnifique récolte provençale, se sont glissés quelques pétales bien croustillants, qui avaient le goût des crevettes. C’étaient des beignets, qui faisaient un charmant clin d’œil à la terre natale du mousse.

    Quelle délicate attention, qui témoignait d’un réel désir d’honorer l’autre !

    Des beignets de crevettes pour ouvrir l’appétit. Des fraises achetées le matin même, sur le marché, en guise de dessert. Quelle âme généreuse et dévouée !

    Cassandre connaît bien le subcontinent qui a donné son nom à la première partie du mot «  Indochine ». La façon de penser en Orient lui est devenue familière.

     

    Le défi de la différence

     

    Le mousse peut s’adresser à Cassandre comme s’il s’adressait à une grande sœur, à qui il souhaite une multitude d’occasions favorables pour la nouvelle année lunaire.

    Cassandre, que la chance te rende visite chaque jour, pour t’apporter un prompt rétablissement et une guérison définitive !

    Il existe une autre personne qui a une connaissance intime du mode de vie des riverains de la Mer de Chine méridionale. C’est celle qui a offert à l’enfant des rizières, qui allait devenir le mousse du Zeph, l’azur splendide de la Riviera.

     

    Le défi de la différence

     

    Quand il l’a vue pour la première fois, il s’apprêtait à entrer en classe de sixième. Ce jour-là, elle portait le vêtement que portaient avec élégance et fierté les jeunes femmes du pays, le fameux Áo dài. Littéralement, l’expression signifie « vêtement long ». Mais quelle longueur ! Car c’est une longueur d’étoffe, dont le but déclaré est de séduire, en magnifiant la sveltesse, la douceur et la grâce.

     

    Le défi de la différence

     

    À toi qui m’a adopté au nom de la France, tout en me laissant entièrement libre de téter à la mamelle de l’Occident ou à celle de l’Extrême-Orient, je te souhaite d’innombrables circonstances chanceuses, qui donneront à tes douze prochaines lunaisons un goût exquis.

    Le capitaine de l’Éricante est un familier de la mer immense mais aussi des fleuves gigantesques.

     

    Le défi de la différence

     

    Au marin qui jadis, était en service sur les rives du Mékong, le mousse voudrait dire la vive admiration suscitée par une grande expérience des flots mugissants, par une verve qui décoiffe, et par une extrême élégance de l’être dans les moments conviviaux.

     

    Le défi de la différence

     

    À toi qui fixe le cap du bateau vert, je te souhaite d’avoir toujours bonne fortune pour tes projets de navigation, avec le regard bienveillant des douze prochaines lunes.

    Le Zeph a un frère jumeau, l’Ouvé, qui a élu domicile à Gruissan, dans la Narbonnaise.

     

    Le défi de la différence

     

    Récemment, le capitaine et l’équipage de l’Ouvé ont vogué sur les eaux émeraude de la baie de Hạ Long à l’occasion d’une fête de famille. De cette exploration du rivage de la Mer de Chine méridionale, ils sont revenus complètement enchantés. Le plaisir des yeux est inoubliable. Celui des papilles, aussi. C’est pourquoi, depuis son retour en France, le capitaine de l’Ouvé ne cesse de parler du phở, qui a éclipsé toutes les autres préparations culinaires.

     

    Le défi de la différence

     

    Cher Ouvé, le Zeph te souhaite une nouvelle année lunaire aussi savoureuse que le phở, et une navigation pleinement satisfaisante, comme l’a été l’exploration de la baie « où était descendu le Dragon ».

     

    Le défi de la différence

     

    Chaque passage stratégique du calendrier est célébré par une floraison spécifique dans la Nature. L’arrivée du nouvel an lunaire n’échappe pas à la règle.

    Dans la terre natale du mousse, deux espèces détiennent le symbole du renouveau.

    La fleur qui est courtisée de tous a des pétales d’or.

     

    Le défi de la différence

     

    Elle incarne la liesse populaire.

    La fleur qui accompagne l’hédonisme a une corolle pourpre.

     

    Le défi de la différence

     

    Elle évoque la distinction, qui est souvent considérée comme l’apanage des terres du Nord.

    Chers amis du Zeph, puisse la Chance ne cesser de vous sourire, la Prospérité de vous protéger, et la Longévité de vous enchanter pendant les douze lunaisons qui viennent !

     

    Le défi de la différence

     

    Que la nouvelle année lunaire soit une source de bénédictions pour vous, selon le triple vœu de l’AnNam : 祿!

     

    Le défi de la différence


  • Commentaires

    1
    La cour d’orient
    Mercredi 6 Février à 14:57

    Je souhaite au capitaine et au mousse de faire voguer le Zeph à travers les douze prochaines lunes avec tout le bonheur possible 

    amities

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :