• La collec'...

    ...tion de barques.

     

    AVENTY de Caty et Pierre rencontrés en ITALIE au début du printemps 2016.

    J'avais déjà parlé avec Caty, sans savoir qu'elle était Caty. C'était quelques mois avant. Dans le port de GAETA. Caty nettoyait les défenses tandis que Pierre se la coulait douce ! (C'est bien son genre !!!) Bon. Je n'avais pas vu la couleur de leur pavillon alors je me suis adressé à Caty en anglais et comme elle m'a répondu en anglais et que moi, l'anglais n'étant pas mon fort et donc que je suis incapable de déceler un quelconque accent dans des mots que je n'ai de toutes façons pas compris, alors, donc, puisque Caty parle anglais, ils sont donc anglais et j'ai passé mon chemin !

     

    La collec'...

    Un joli cata à propulsion électrique, avec une terrasse à l'avant, pour le farniente, une terrasse couverte à l'arrière pour quand il pleut et une terrasse en guise de carré !

     

    La collec'...

    Bon. C'est un p'tit cata de moins de 10 mètres avec une largeur qui leur permet d'entrer dans les écluses du canal du midi, s'ils leur prenaient l'envie de se frotter à l'océan.

     

    La collec'...

    Là, ils ont remisé leur pavillon à fond de cale et ont directement habillé leur coque aux couleurs de leur pays.

     

    MARGERITA de Nadine et Bruno.

    Ils sont entrés dans le vieux port de pêche de CORFOU. Le port étant plein, et comme ils avaient une bonne tête de gens sympas, je leur ai proposé de venir s'accoupler ! Vous vous demandez ? Ouais... Ça a été pas mal !... On a pris l'apéro et..., on a mangé des fraises ! Ils ont mis 5 semaines depuis TOULON et ne restaient guère que quelques semaines en GRECE. Je ne les ai pas revus.

     

    La collec'...

    Comme une belle luge avec des voiles hautes perf' qu'il faut hisser à la force des bras ! Moi ? J'ai un winch électrique, tiens ! Et un guindeau électrique, une cafetière électrique, un four électrique, un chauffage électrique, un sextoy électrique, euh... Non. Ça, j'en ai pas !

     

    PANAYIA de Martine et Toon.

    Un Bavaria, je crois. Ils louent chaque année depuis 10 ans un voilier et, depuis 10 ans donc, sillonnent les îles ioniennes ! J'ai dû leur dire bonjour une fois à PLATARIAS puis il s'en sont souvenu et on a festoyé ensemble à PAXOS !!

    Toon se bat contre les déchets plastiques qui envahissent toutes les mers.

     

    La collec'...

    Les voilà, visant au mieux (avec tout l'ouzo que Toon a siphonné !!!) le milieu du chenal pour sortir du port de PAXOS...

     

    TROLL de Françoise et Thierry. Sans oublier le monstre Javotte avec sa gueule toute noire et ses oreilles pleins de poils qu'on dirait une troll !

    Moi, perso, je les ai presque rencontrés en 2007. Leur barque était le long d'un quai à LYON près de l'île Barbe. Et c'est le hasard faisant que je suis tombé un jour sur leur blog. Depuis, je ne les ai plus quittés ! Quelques mots plus tard dans leur livre d'or, et je les rencontre pour de vrai à PREVEZA ! Pour moi, les Trolls ? Ils sont comme des trolls : des personnages de légende... Jusqu'à temps que t'en voie un ! Et là, tu comprends...

     

    La collec'...

    Leur barque au mouillage de PREVEZA. Bon. Ils sont toujours au mouillage quelque part... Sauf quand ils trouvent le long d'un quai (gratuit) juste un peu de place pour s'amarrer en sécurité. Disons avec une centaine de mètres devant et derrière, pour être sûr de ne pas toucher quelqu'un lors de leur manœuvre !... Bon. Oui. J'exagère ! A peine ?

     

    La collec'...

    Les v'là ! Ben voilà, la légende n'est plus !

     

    ??? de Danielle et Alberto.

    Ah... Danielle !!! Qui arrive à te picoler toute une bouteille sans que personne ne s'en aperçoive ! Danielle a un secret... Le vin (s'il est bon, bien sûr) transite de la bouteille à son verre sans que personne ne touche à la bouteille !

    - Non, Pierre, franchement... Juste un fond. Pas plus !

     

    Alors, j'ai d'abord rencontré Alberto. C'était à PYLOS tandis que je débutais mon tour du Péloponnèse. Son bateau était tombé en panne de moteur juste à l'entrée du port. Et pour ceux qui connaissent PYLOS, ben juste sous l'entrée du port, c'est la falaise et ses rochers ! Une grosse frayeur pour Alberto qui s'en est sorti de justesse ! Mais ce que l'Alberto a de vraiment bien, outre tout le reste, c'est qu'il rigole tout le temps. Et que son rire, précédé de son sourire, est d'une telle gentillesse, d'une telle bonté, sans aucune moquerie. Alberto le magnifique ! Et Danielle ? Elle rigole encore plus que son mari ! Surtout à côté d'une bouteille !... C'est dire !

     

    La collec'...

    Peut être que Alberto pourrait nous rappeler le nom de sa barque ?

    BLAU BAER nous a t'il écrit...

    Je les ai vu à PYLOS puis à CORFOU, et jamais je n'ai pris le temps d'en regarder le nom. Au fait. Sur la photo, c'est celle qui est en bleu...

     

    La collec'...

    Elle est bien cette vue là. Y'a, en bleu, la barque de l'Alberto et juste à gauche, ma barque à moi !

     

    MATINS BLEUS de Philippe.

    Philippe ? Il est un peu à l'image des Trolls. Il a un blog bien chargé d'humour parfois caustique avec des tournures de phrases ou l'humour se cache dans la tournure même. J'adore ! Et donc, comme pour les Trolls, j'ai connu Philippe d'abord par son blog avant de me présenter à lui alors que j'abordais le port de POROS. Il m'a immédiatement accueilli à son bord. Deux secondes plus tard, en tout cas, pas plus de 3 secondes et demi, je me suis retrouvé les doigts de pieds en éventail avec un verre d'ouzo à la main ! Avec Philippe, si tu t'entends bien avec lui, les choses vont très très vites ! D'ailleurs, le lendemain, on s'faisait une p'tite taverne en musique comme 2 potes... Lui avec son short rose et moi, ma chemise à fleurs !!!

    - Coucou ! Ça va les 2 zozos ?

     

    La collec'...

    Ici. Philippe s'est ancré dans le port de l'île de SPETSAI, avec une amarre portée jusqu'à la route... Comme ça, il est plus près des z'ouzeries ! Ben tiens ! On va s'gêner en plus !

     

    La collec'...

    Et là, c'est à POROS. Au quai ou je n'ai pas voulu aller pour cause de fort ressac (Matins Bleus y a plié sa passerelle dans un gros coup de vague généré par les ferry qui déboulent dans le port) et d'arnaques au fond de l'eau... Ben oui. Ils semblerait que les grecs aient installés une grosse chaîne mère et des pendilles, et que d'autres grecs aient ôtés les pendilles mais laissés la chaîne mère histoire d'avoir un peu de boulot pour dégager les ancres des bateaux qui s'y sont pris !!!

     

    La collec'...

    Une belle goélette en acier. Pas évident toutes ces voiles quand on navigue en solo...

     

    Le GLADIATEUR d'Alain.

    Je l'ai rencontré sur le bateau Matins Bleus à POROS. Il navigue aussi en solitaire. Comme Philippe. Comme moi, à ce moment du voyage. La rencontre a été brève mais chaleureuse. Je pensais le revoir à ATHÈNES où il devait se rendre, mais je ne l'ai en fait pas revu.

     

    La collec'...

    Il a l'air bien sympa le gusse, hein ?

     

    La collec'...

    Sa barque aussi est bien ! Le pater ne dira pas le contraire vu qu'il avait la même, y'a longtemps... Y'a très longtemps... Son bateau portait le n°4 de la série... C'est dire ! 299 voiliers de ce type ont été construit entre 1977 et 1986. En 1977, j'avais, euh... J'étais ado quoi !

     

    La suite ? Oui, oui. Ça vient !


  • Commentaires

    1
    RP
    Mardi 11 Avril 2017 à 10:47

     

    L'on se croirait dans un Salon nautique ! Est-on à Port Camargue ou à la Ciotat ? Nullement.

    Alors, qu'est-ce qui vaut la convocation de toutes ces proues et de toutes ces poupes ?

    On dirait que l'on a à faire avec une flottille, comme celle qui envahissait  πετρίτηΠΕΤΡΙΤΗ  en juillet dernier.

    Tout ce beau monde pour les chouettes manières du Zeph ! L'échange, la réciprocité, la gratitude, le second degré.

    Quelque chose vaut donc la peine d'être vécu et magnifié, même si la mobilité physique est empêchée, gênée, réduite ?

    Le Zeph est immobilisé depuis septembre, mais son esprit reste alerte, se meut avec aisance, rapidité et précision. Il se souvient de son périple initiatique, et en bâtit une œuvre féconde. Sa coque est immobile, mais son cœur bat intensément, avec joie et gratitude. Plus que l'immobilité mécanique, c'est la paralysie de l'esprit et l'atrophie des liens affectifs qui constituent le véritable handicap.

    Mais dans quel monde se meut le Zeph depuis septembre et tout particulièrement depuis avant-hier? Par rapport à quels repères se déplace-t-il ? Juché sur des bers à Port Napoléon, il demeure dans un cadre spatial invariable, ne traverse aucune frontière, ne connaît ni gîte ni roulis. Mais pour rassembler la flottille du souvenir, il a fallu remonter les flots du temps et mouiller dans les instants de partage providentiel. Et si le véritable voyage, celui qui comble et qui bénit, n'est pas celui qui a lieu dans l'espace, mais dans le temps ? Quand l'espace devient stérile, c'est le temps qui dévoile sa propre fécondité.

    Le Zeph a une idylle toute particulière avec l'Aventy.

     

     

    Zeph, il y a quatre jours, l'Aventy a envoyé au capitaine des photos de Brindisi, dont une avec la borne qui indique, selon l'Aventy, le " début " de la Via Appia. " Début " pour ceux qui venaient des provinces d'Orient et qui remontaient jusqu'à la Cité aux Sept Collines.

     

     

    Deux jours auparavant, le capitaine Alberto, lui, a suivi la Via Appia dans l'autre sens, de Rome jusqu'à l'Adriatique, en aéronef.

    Sens du retour triomphal des légions d'Orient pour l'Aventy. Sens de l'expansion de l'Empire pour l'Alberto.

    Zeph, tu la connais bien, la Via Appia, pour avoir commencé plusieurs flirts avec elle ! Mais t'est-il venu à l'esprit de la suivre, au moins une fois, jusqu'au bout de son projet ?

     

     

    Ces jours-ci, le point attractif n'était pas dans le Latium, mais sur le rivage de l'Adriatique.

     

     

    Convergence des nouvelles en direction de l'Adriatique. L'entends-tu murmurer, Zeph : " C'est l'histoire de quelques brasses seulement !  ΟθωνοίΟΘΩΝΟΙ  , la grecque, est juste de l'autre côté, presque à portée de voix ! " ?

    Autre curiosité du calendrier : il y a quatre jours aussi, en prélude aux photos de Brindisi, l'Aventy a envoyé au capitaine une photo des oliviers dévastés par la maladie, dans le Sud de la botte italienne.

    Convergence des centres d'intérêt : l'Adriatique.

    Similitude des sujets de préoccupation : le flétrissement du jasmin blanc, redouté de l'autre côté de l'Adriatique, et le pourrissement des oliviers, observé de ce côté de l'Adriatique.

    Qui coordonne pour qu'à plusieurs reprises, le Zeph et l'Aventy aient une pensée commune, au même moment ?

    Affinité élective, née d'un  καιρόςΚΑΙΡΟΣ  , pour engendrer d'autres  καιρόςΚΑΙΡΟΣ  !

     

     

    2
    RP
    Dimanche 16 Avril 2017 à 23:34

    Aujourd'hui, c'est Pâque, dans toute la chrétienté, pour les églises d'Orient comme pour les églises d'Occident, pour Constantinople comme pour Rome. C'est la résurrection du Christ qui est célébrée. L'iconographie byzantine montre que le Christ,  sorti du sommeil de la mort,  relève le premier homme et la première femme à la sortie de leurs tombeaux.

     

     

    Ainsi, l'icône en Orient insiste sur le fait que cette victoire sur la mort bénéficie à l'humanité toute entière, en commençant par le premier maillon. La première langue qui contient la promesse de la libération du joug de la mort est aussi la langue qui a présidé à la naissance du savoir scientifique. Le Zeph est fier d'inscrire son identité dans la première langue qui a porté la double éclosion de la raison et de l'espérance.

    Un autre bateau honore aussi cette langue de la science et de la foi. C'est le bateau de Martine et Toon, qui se nomme " Panayia ". Ce sont les sonorités grecques du qualificatif de la mère du Christ en Orient : Παναγία – ΠΑΝΑΓΙΑ  , étymologiquement : la " Très Sainte ". Martine et Toon ont choisi d'invoquer la " Très Sainte ", à l'endroit où jadis fut peint l’œil antique, pour déjouer les pièges de la mer, assurer la protection du marin et le guérir des maux du voyage.

    Le lien entre le Zeph et la " Panayia " était physique, de coque à coque, au printemps dernier. Pour ce printemps-ci, ce lien, toujours vivace, évolue vers les sphères du second degré pour répondre aux soubresauts du destin.

    En effet, sur toute la superficie de l'hôpital Édouard Herriot où le capitaine est soigné pour son bras cassé, il existe une seule effigie en plein air de la " Panayia ". Elle se trouve à l'angle Nord-Est du pavillon T, qui est le pavillon consacré à la chirurgie du membre supérieur.

     

     

    A Édouard Herriot, la " Panayia " regarde chaque soir le soleil se coucher. Mais son regard de tous les instants est pour le pavillon T, qui est au premier plan de son champ de vision ; pour l'angle Nord-Est du pavillon T, qui est l'angle le plus proche de sa présence " Très Sainte ". Et c'est précisément dans cet angle, et pas ailleurs dans le pavillon T, que se trouvait la chambre du capitaine.

     

     

    Hasard administratif sans doute, mais avantage incontestable pour tirer parti de ce que le microcosme a de positif et favorable. Car le réveil après le sommeil de l'anesthésie générale n'est ni une certitude, ni une banalité, ni un événement mineur et négligeable.

    En secret, discrètement, mais efficacement, la " Panayia " a veillé et veille à ce que le Zeph retrouve dans les meilleurs délais son capitaine réparé.

    En ce jour de Pâque, l'héritage grec rappelle la double mission de toute existence humaine : accéder à la connaissance et promouvoir la guérison.

    Joyeuses Pâques à tous les amis du Zeph !

     

    ! 

    Καλό Πάσχα σε όλους τους φίλους του Ζέφυρου !

     

    ΚΑΛΟ ΠΑΣΧΑ ΣΕ ΟΛΟΥΣ ΤΟΥΣ ΦΙΛΟΥΣ ΤΟΥ ΖΕΦΥΡΟΥ !

     

     

    Buona Pasqua a tutti gli amici del Zefiro !

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    RP
    Vendredi 21 Avril 2017 à 13:50

    Il y a exactement une semaine, jour pour jour, l'Aventy a eu l'extrême gentillesse d'envoyer au capitaine la suite des photos réalisées au cours de l'exploration du Sud de la botte italienne. L'envoi comprenait onze photos. La onzième photo, celle qui servait de conclusion à l'envoi et qui devait marquer l'esprit au moment de se dire au revoir, est une photo de l'autel de l'église byzantine de Cosenza.

    Par contre, rien, mais rien du tout sur le Duomo di Cosenza , qui abrite la Madonna del Pilerio , ni sur la Chiesa di San Francesco d'Assisi , ni sur la Chiesa di San Francesco di Paola ,.. : aucune photo de leur plan architectural, aucune vue de leur projet de décoration.

    La seule vision retenue, le seul souvenir digne, c'est l'iconostase de la Chiesa Bizantina .

    Quelles que soient les circonstances matérielles du programme de visite des monuments sur place et les motivations du tri pour l'expédition du courrier, le résultat final est que l'envoi comporte une seule photo de toute la vie spirituelle à Cosenza, et que cette photo ne concerne pas le rite romain, qui est majoritaire, le plus répandu et le plus facile d'accès, mais le rite byzantin, qui est minoritaire, circonscrit et marginal à Cosenza.

    La Chiesa Bizantina  est le lieu de recueillement des fidèles venus de l'autre côté de l'Adriatique, la maison de prières des migrants originaires des Balkans. Les migrants, c'est-à-dire ceux qui sont contraints à  l'exil, les infortunés de l'Histoire, ceux que le Christ nomme " les plus petits d'entre mes frères". En effet, l'évangile contient l'exhortation :

    Ἀμὴν λέγω μν, φ’ σον ποιήσατε ν τούτων τν δελφν μου τν λαχστων, μο ποιήσατε.

    KATA MAΘΘAION

     

    «  En vérité, je vous le dis : Dans la mesure où vous l’avez fait à l’un des plus petits d’entre mes frères que voici, c’est à moi que vous l’avez fait. »

    Selon Matthieu, chapitre 25, verset 40

     

    La photo envoyée par l'Aventy montre la disposition des icônes destinées à séparer la nef du sanctuaire.

     

     

    Dans la rangée supérieure de l'iconostase, figurent cinq médaillons semi-circulaires. Celui qui apparaît à droite dans le regard du visiteur, est consacré à la résurrection du Christ. C'est l’œuvre d'un peintre de Thessalonique, qui porte aussi le prénom du martyr qui est devenu le saint protecteur de la capitale du Nord de la Grèce.

     

     

    Les portraits sacrés qui forment l'iconostase ont reçu l'empreinte de la bénédiction du berger spirituel de la congrégation de Corinthe.

     

     

    Le Zeph remercie l'Aventy de lui avoir lancé des œillades en faveur de l'Hellade, de son territoire, de sa culture et de sa spiritualité.

     

     

    Corinthe est au Sud-Ouest d'Athènes. Thessalonique est au Nord-Est d'Athènes. De Thessalonique à Corinthe, c'est du Nord au Sud, de l'Est à l'Ouest, du continent à la péninsule, c'est-à-dire la Grèce dans son intégralité. Autrement dit, Zeph, tous les rivages grecs t'attendent !

    Le temps de la Pâque prépare l'espace de la découverte en construisant, non seulement une passerelle entre les deux rives de l'Adriatique, mais aussi un pont entre la Gaule et les Balkans.

    Le dimanche de Pâque était le jour de la résurrection. Le vendredi qui l'avait précédé était le jour de la mise au tombeau. C'était donc le jour de la mise au tombeau que l'Aventy a envoyé au capitaine la photo de l'iconostase de la Chiesa Bizantina di Cosenza .

    La dernière fois que Pâque était célébrée le même jour par les églises d'Orient et d'Occident, c'était le 20 avril 2014. La prochaine date pour une liturgie simultanée de Rome et de Constantinople sera le 20 avril 2025 ! L'Aventy a accompli un geste inspiré qui est en harmonie avec l'exceptionnelle coïncidence qui se produit cette année pour les calendriers liturgiques de l'Orient et de l'Occident.

     

     

    Est-il possible que tant de subtilité, de densité et de profondeur, contenues dans le message de la onzième et dernière photo, soient simplement le fruit du hasard ?

     

    4
    RP
    Dimanche 23 Avril 2017 à 00:06

    Vendredi  matin, le capitaine a reçu de l'Aventy un colis envoyé, non par la poste, mais par la toile. L'envoi ne contenait pas de denrées comestibles et périssables. Par contre, le contenu se déguste au second degré, avec un très grand plaisir. La réception du colis a eu lieu juste avant le début du sabbat. On aurait dit des emplettes pour préparer la méditation rituelle du "septième jour".

    Le colis se compose de onze vues, destinées à former l'épilogue du voyage terrestre dans le Sud de la botte italienne. Les quatre premières sont consacrées à Tropea.

    L'an dernier, le Zeph était à Tropea, en avril aussi. Il est arrivé au porto turistico  en début d'après-midi, sous un ciel radieux.

     

     

    Sitôt l'amarrage fini, le capitaine et votre serviteur ont pris la décision d'avancer la passeggiata . La route qui menait de la marina au centro storico  longeait une pinède qui dissimulait sur la gauche un groupe de maisons où dévalaient de somptueuses cascades de glycine.

     

     

    Chemin faisant, le capitaine contait spontanément à votre serviteur l'organisation à bord de l'Aventy. Oui, l'objet des propos était de nature féerique, comme dans un conte. Le ton de l'exposition avait l'intelligence de se parer d'une limpidité enchanteresse.

     

     

    Entre les reflets mauves de la glycine et la poussière d'or des rayons du soleil, votre serviteur prenait conscience qu'à bord de l'Aventy, il y avait plus qu'un partage équitable des tâches. A bord de l'Aventy, il y a un pacte pour définir et pratiquer une réponse égalitaire à l'appel du Destin. Bien sûr, la progression d'une nef valorise  des compétences différenciées et des talents spécifiques. Mais devant le Destin, l'Aventy veut que les responsabilités soient égales. Choisir l'instant pour lever l'ancre et larguer les amarres, c'est choisir la Route du Destin. Et pour ce choix, l'Aventy soumet le pouvoir de décision à un partage égalitaire.

    Pour réussir ce pacte, il faut de la lucidité et de l'humilité à l'égard de soi-même, du respect et de la considération pour l'autre.

    La stabilité de la nef dépend de l'équilibre gravitationnel, la viabilité du huis clos à bord dépend de l'équilibre émotionnel, affectif et moral.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :