• C'te drôle de créature...

    Et d'abord, ces superbes photos de ciel prises à MACINAGGIO.

     

    Quand tu vois ça, y'a quelque chose d'inquiétant... Et tu te dis, c'est pour moi ! Surtout qu'en fait, c'est pour toi ! C'est bien pour toi... Et dans pas longtemps !!!

     

    Bon. Tu te dis bien que t'es en train de rêver, que ce ciel n'est pas ici, que c'est en fait en Antarctique et comme tu n'y es pas, là-bas, au pays des glaces, ben tu risques rien !

     

    Et quand tu réalises, au bruit que fait ton éolienne, que l'éolienne est bien à toi, et sur ton bateau de surcroît, alors là, tu trembles !! J'aime beaucoup cette photo. C'est rare en fait de ne pas voir les pales du moulin. Parce que normalement, avec la vitesse d'obturation quand tu prends une photo (oui, je sais c'est technique et vous allez rien y comprendre !), normalement, tu vois les pales. Et là, si tu les vois pas, c'est que le moulin tourne encore plus vite que ta vitesse d'obturation, 1/500ème, quand même... C'est dire si ça souffle...

     

    Bon. On a survécu ! C'était d'la rigolade en fait... Du pipi d'âne. D'âne Corse... Celui qui dort un peu moins que son maitre. Et qui a des oreilles un peu moins grandes que lui. Et moins poilues aussi !

     

    La tour effondrée à moitié, bel emblème de la Corse !

     

    Bon La Corse n'est pas effondrée à moitié, hein ? Mais disons qu'il y a la CORSE et qu'il y a les Corses...

     

    Affluence devant SALECCIA !

     

    Hier, en débarquant sur la plage de SALECCIA, y'avait des vagues. Et forcément, une vague, quand elle arrive au bout de son chemin, elle déferle. Alors j'ai attendu sagement, ramant juste ce qu'il faut pour rester à la frontière où les vagues sont encore des vagues et pas encore de la mousse, le temps que les plus grosses nous passent dessous, puis, d'un vigoureux coup de rame, glisser jusqu'à la plage, là où on a pied, débarquer rapidement puis monter l'annexe sur le sable.

     

    Le vrai débarquement...

     

    Ça, c'est le mode d'emploi pour débarquer sans se mouiller. Mais nous, on l'avait mal lu le mode d'emploi... Pour moi, ça s'est pas trop mal passé. Je me suis juste mouillé la fesse gauche. Pour le mousse, ça été autre chose ! Disons que la vague normale, au lieu de nous passer dessous, lui est passé dessus !

     

    SALECCIA à l'heure où y'a encore personne, sauf nous !

     

    On n'est pas nombreux au mouillage ! Y z'ont dû lire mon dernier article sur les charmes du mouillage !!! Non, non, chui pas prétentieux, moi !

     

    Revenons à notre sujet !

     

    Oui. Une drôle de créature ! Elle s'appelle PAUL ! Enfin, il s'appelle PAUL, mais comme je parle de la créature, donc elle s'appelle PAUL.

     

    - C'est pourtant simple à comprendre, non ?

    - Oui... Mais tu sais bien qu'il faut tout leur dire, et que souvent c'est pas encore assez !!

    - Ah, oui !

     

    Donc voilà. Elle s'appelle PAUL et, justement comme je disais dans ma précédente bafouille que la montagne est belle, elle (la drôle de créature) est allée faire une virée en montagne.

     

    La montagne Corse...

     

    ... Une bien belle montagne.

     

    Une montagne encore très sauvage, avec plein de sentiers, parfois ardus... Même si elle dit le contraire (elle, c'est toujours Paul pour ceux qui suivent encore !)

     

    D'ailleurs le voilà. Il a l'air frais hein ? Le coureur de cimes, l'avaleur de sentiers, le marcheur infatigable, le découvreur d'horizons, le marathonien raccourcisseur du temps entre 2 étapes, le chevalier bleu, le gourou des balises rouges et blanches, le trimardeur des cols et des vallées, le prince des cairns, le...

     

    - Eh, t'en fais pas un peu trop, là ?

     

    A l'arrivée. Ah oui... C'te drôle de créature... Ça gâche tout, hein ? Elle fait moins la mariole, là, hein ? Ça parait pas aussi facile que ça, hein ? Bon. Bravo quand même. Bravo tout court même.

     

    - Eh!!! T'as remarqué qu'ils ont mis un accent circonflexe sur "vôtre" et qu'il ont oublié un "S" à odysée ? Non mais franchement !

     

    Donc, après avoir vaincu, où plutôt, après avoir vingtculs le GR20 comme y disent ! Ben, elle vient se reposer sur le ZEF... Si elle savait !

     

    Ah oui ! Si elle savait !

     

    Si elle avait su que la traversée vers la France aurait pris près de 30 heures (27 exactement), peut être qu'elle aurait préférée le ferry boite. Et tout ça parce que ce maudit cap'tain du ZEF ne met son moteur en marche que quand la vitesse tombe sous 2 nœuds ! Tout ça parce que ce cap'tain de mes deux tient à avancer avec le vent ! Bon. Normalement, les météorologues de la météo avaient promis du F4 tout du long. Mais moi, j'en ai pas eu du F4. Du F1 au début et du F0 à la fin... C'est pas comme ça que j'allais battre des records ! En plus, c'était sensé être du portant. Et moi, forcément, j'l'ai eu dans le nez ! Arghhh ! Grrr !

     

    Bon. Elle a rien dit, la créature qui s'est amourachée du GR20... En même temps, elle avait pas vraiment le choix. Enfin si... C'est soit sur ma barque, soit à la nage ! Alors elle a choisi de rester jusqu'au bout ! Bon. J'l'aime bien quand même !

     

    - C'est une sorte de neveu ?

    - Non. C'est un petit cousin !

    - Et pourquoi tu dis "elle" si c'est "il" ?

    - Ben, c'est pour la tournure... C'est un effet de style. Une marque de fabrique de rien faire comme c'est sensé être fait ! Et puis aussi... Il blague souvent le Paul. Il aurait même tendance à se foutre un peu de toi... Gentiment, hein ? Mais quand même. Il est allé jusqu'à dire à sa mother que j'm'étais égaré entre CHYPRE et MALTE durant mon retour vers la France !

    - Et il t'a aidé dans tes quarts de nuit ?

    - Oui. En dormant... Plus il dormait profond et plus il ronflait fort... Alors ça me réveillait, je faisais mon p'tit tour d'inspection et hop, je me rendormais après lui avoir flanqué une bonne taloche pour qu'il cesse de ronfler ! Et puis le cycle recommençait...

    - Et dans les quarts de jour ?

    - Ah, ben, y s'contentait de boire mes bières et le Margaux du Bosco ! Tiens. C'est bien le fils à son père !

    - ???

    - Non, j'rigole ! Le jour, il dormait et la nuit encore plus !

    - Ah, quelle jeunesse ! Elle est belle, tiens !

    - Tu l'as dit bouffi !

     

    N'empêche qu'à l'arrivée, à LA NAPOULE, elle, enfin Paul quoi, il s'est carapaté vite fait pour échapper à la tyrannie du voileux de mes deux : moi ! Il s'est décanillé quoi ! Il s'est caleté vers son chez lui.

     

    - Salut Polo, à la prochaine !

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :